Jean-Jacques Debout et Chantal Goya, sa «femme fantôme» : «On a toujours fait chambre à part»

© Baldini / Bestimage

Dans son autobiographie «La couleur des fantômes», parue chez Talent Editions le 26 octobre, Jean-Jacques Debout raconte ceux qui ont compté dans sa vie. L'ami des stars - et mari de Chantal Goya - s'est livré à Paris Match.

 

Vous venez de sortir votre autobiographie, «La couleur des fantômes». Qui sont ces fantômes ?

Jean-Jacques Debout. Les fantômes sont les artistes, tous les gens que j’ai rencontrés depuis mes débuts en 1959 de chanteur, d’auteur-compositeur, de metteur en scène. Il y a les fantômes que je regrette, ceux que je ne regrette pas tellement, ceux qui m’ont fait rire et avec qui j’étais très ami. Il y a toute une foule de fantômes parce que vous savez, j’ai 82 ans et j’en ai rencontré du monde. J’ai eu plusieurs vies.

 

Pourquoi avoir attendu pour tout consigner dans un livre ?

C’est un éditeur qui est venu me voir alors que j’étais dans ma maison à la campagne, pas très loin de la ville de Loches. Il m’a dit : «Pourquoi n’écrivez-vous pas un livre sur votre vie ?» Mais je fais partie de ces gens qui n’aiment pas faire de l’argent avec leurs souvenirs. Les souvenirs, c’est intime. Il a insisté, il m'appelait tous les jours. Et puis un jour j’ai eu le déclic.

Est-ce que c’est aussi une façon pour vous de faire vos adieux ?
Un peu. On ne fait jamais ses adieux. Un jour c’est la vie qui va s’arrêter et elle ne vous demande pas votre avis. J’écris encore, je fais encore de la musique de film, je n’ai pas cessé mes activités.


Lire la suite sur ParisMatch