Pour Jean-François Copé, la primaire est "une idée dangereuse"

·1 min de lecture

Jean-François Copé, ex-ministre (LR), juge que la primaire est "un piège" et "une idée dangereuse" qui "profiterait mécaniquement à Laurent Wauquiez ", dans une interview au Journal du Dimanche. Organiser une primaire à droite pour départager Xavier Bertrand, Valérie Pécresse et Laurent Wauquiez "est une idée dangereuse", estime Jean-François Copé, candidat malheureux à la primaire de la droite de 2016 où il avait recueilli 0,3 % des voix.

"Penser que c'est par la primaire qu'on va régler le problème, c'est avoir tout oublié des ravages du passé. Les primaires sont des processus de destruction fratricides", considère-t-il. Il estime que cette primaire est "un piège", sur lequel il a alerté Valérie Pécresse. "Le thème de la campagne sera de dire aux militants LR qui seront le cœur du corps électoral : 'Votez pour quelqu'un qui est resté chez nous'. Ça profitera mécaniquement à Laurent Wauquiez", dit-il.

"Luttes impitoyables entre écuries"

"Et encore plus grave, Xavier Bertrand, qui est en tête dans les sondages, a fait savoir qu'il ne participerait pas à la primaire. Le parti n'est pas en mesure de la lui imposer. On est en train d'écrire le scénario du pire", juge-t-il. "Cette primaire sera le théâtre de luttes impitoyables entre écuries", déplore encore Jean-François Copé.

Pour lui, le fait qu'il n'existe pas de consensus autour d'un candidat est "l'alibi pour justifier l'injustifiable". "Attendons l'automne, et nous verrons quelle sera la situation", dit-il, invitant à se co...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles