Jean-Claude Kaufmann : « Bienvenue dans la société molle ! »

Par François-Guillaume Lorrain
·1 min de lecture
Dans son dernier ouvrage, Jean-Claude Kaufmann, sociologue, analyse les conséquences de la pandémie sur la population française.
Dans son dernier ouvrage, Jean-Claude Kaufmann, sociologue, analyse les conséquences de la pandémie sur la population française.

Les crises sont des catalyseurs. Des ?uvres au noir. La pandémie ne pouvait qu'alerter le sociologue Jean-Claude Kaufmann, aux antennes particulièrement sensibles. Lui qui a travaillé sur le contrôle des regards sur une plage ou l'invention de soi a entamé ce dernier ouvrage comme un carnet d'enquêtes à chaud, enregistrant les répercussions du tsunami sur le comportement des citoyens. L'analyse s'est affinée, organisée. Le résultat est un livre qu'on pourrait qualifier de? sartrien. Comment ne pas songer, en effet, à la théorie de Sartre sur la liberté, comprise comme responsabilité de l'autodétermination et comme expérience de l'angoisse ? « Difficile liberté », confirmera Emmanuel Levinas, tentant d'articuler un idéal avec une expérience. Mais Kaufmann n'est pas philosophe, il s'attache à analyser les courants profonds d'une société, sa tectonique des plaques. Or la pandémie a révélé un profond mouvement de retrait. La liberté, par ses multiples exigences, est devenue un fardeau. Son exercice permanent, épuisant, nous présente la facture. Durant la pandémie, nous nous sommes mis en congé à l'heure où il n'était question jusque-là, souvenez-vous, que de burn-out. C'est cet étrange avachissement existentiel que Kaufmann décrit, cette tendance au renoncement paradoxal à la citoyenneté, ce glissement progressif, ouaté et utopique, vers le lent, le doux, le mou. Description qui entre en écho avec d'autres réflexions élaborées outre-Rhin par des philosophes du [...] Lire la suite