Jean-Christophe Coubris contre les lobbys des labos

Propos recueillis par Baudouin Eschapasse
·1 min de lecture
Jean-Christophe Coubris est avocat spécialiste des dommages corporels et des erreurs médicales, et gérant associé du cabinet Coubris, Courtois et Associés.
Jean-Christophe Coubris est avocat spécialiste des dommages corporels et des erreurs médicales, et gérant associé du cabinet Coubris, Courtois et Associés.

Cela fait un peu plus de vingt ans qu'il arpente les tribunaux de France. Spécialisé en droit de la santé, l'avocat bordelais Jean-Christophe Coubris défend, aux quatre coins de l'Hexagone, les victimes d'accidents médicaux. Ces affaires l'ont amené à croiser le fer avec des médecins, des hôpitaux, mais aussi des laboratoires pharmaceutiques? Dans un ouvrage* très instructif qui vient de paraître, il revient sur quelques-uns des dossiers qui l'ont le plus marqué. L'occasion de porter un diagnostic sur la manière dont fonctionne notre appareil de santé. Interview.

Le Point : Vous avez été l'avocat de près de 2 600 victimes du Mediator. Quel commentaire vous inspire la condamnation du groupe Servier mais aussi de l'Agence du médicament dans cette affaire ?

Jean-Christophe Coubris : C'est une décision historique. Le procès était historique. Le délibéré l'est aussi. On a enfin la condamnation de l'auteur principal d'un délit grave en matière de santé publique. Dans les précédents scandales sanitaires d'ampleur, qu'il s'agisse de l'hormone de croissance, du sang contaminé ou de l'amiante, les vrais responsables étaient passés entre les gouttes. Là, c'est la première fois qu'un groupe pharmaceutique qui a menti pendant plus de trente ans sur l'un de ses produits est ainsi sanctionné. Et je ne peux que m'en réjouir.

À LIRE AUSSIMediator : « Ce poison a permis à Servier de gagner 1 milliard d'euros »

Les sanctions pénales retenues par le tribunal correctionnel (une si [...] Lire la suite