Jean-Charles (Koh-Lanta) a tout plaqué et changé de vie : le fustier exerçait un autre métier avant le jeu !

·1 min de lecture

Au casting de Koh-Lanta, Le Totem maudit , les téléspectateurs ont retrouvé Anne-Sophie, femme du footballeur Anthony Mounier, Stéphanie la croupière, Yannick le basketteur, Olga la danseuse du Crazy Horse ou encore Jean-Charles, fustier de métier. Cet aventurier de 40 ans se présente comme proche de la nature et soucieux de l'environnement. C'est d'ailleurs ce qui a pesé dans ce choix de métier, puisqu'il construit au quotidien des fustes et plus précisément des ouvrages en bois. Mais il a eu une autre vie avant...

Jean-Charles n'a pas toujours été fustier. Il y a bien des années, il se dirigeait vers une toute autre carrière. Il a ainsi suivi des études de droit, cumulant les diplômes et allant même jusqu'à préparer une thèse. Le quadragénaire était alors juriste. Mais ce quotidien ne lui convient pas. Et c'est lors d'un voyage à Berlin qu'il a le déclic : ce qu'il veut au plus profond de lui, c'est vivre à la campagne et construire sa maison. En Allemagne, il suit une formation dans le but de changer de vie. De l'autre côté de la frontière, les reconversions sont facilitées, comme il l'explique au site de L'essor.

Prêt à prendre un nouveau tournant, Jean-Charles rentre en France. Son CAP de charpentier en poche, il fonde son entreprise baptisée Toutenrondins. "Dès que j'ai commencé à travailler dehors, il ne m'a plus été possible de m'imaginer dans un bureau", confie-t-il....

Lire la suite


À lire aussi

Koh-Lanta : Un aventurier change de métier après le jeu, jackpot grâce à l'émission !
L'amour est dans le pré : Une agricultrice vend sa ferme et change de vie ! Elle plaque tout et s'explique...
Koh-Lanta : Un ex-aventurier plaque tout, sa nouvelle vie 15 ans après le jeu

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles