Jean Castex très agacé sur les vaccins : il déplore "une polémique qui n'aide personne"

·1 min de lecture

Depuis le lancement de la campagne de vaccination en France, la polémique n'a eu de cesse d'enfler. Critiqué de toutes parts, Emmanuel Macron, qui avait promis lors de son allocution présidentielle du 31 décembre dernier qu'il ne laisserait aucune "lenteur injustifiée" s'installer, a convoqué Jean Castex et Olivier Véran pour une réunion d'urgence ce lundi 4 janvier. De son côté, le Premier ministre a une nouvelle fois défendu la stratégie mise en place par l'exécutif ce mardi 5 janvier au micro de BFMTV.

Largement pointé du doigt, le Premier ministre a déclaré être "déterminé à protéger les Français, à les vacciner", et de rappeler que le gouvernement a "un chemin que nous traçons et que nous suivons". Alors que de nombreuses voix s'élèvent, parmi lesquelles Xavier Bertrand, qui évoque "une faute gravissime" de la part d'Emmanuel Macron, Jean Castex a tenté, tant bien que mal, d'éteindre l'incendie. "La polémique n'aide absolument personne et n'apporte aucune solution, ni sur le terrain sanitaire, ni sur le terrain économique et social", s'est agacé l'ancien maire de Prades qui refuse d'"entrer dans ce type de considération".

Alors que la colère gronde, "A Matignon, l'entourage du Premier ministre nie 'tout retard' et promet que ce simple 'décalage' sera bientôt rattrapé", rapportent nos confrères du Figaro ce lundi 4 janvier. Si Emmanuel Macron n'épargne pas ses ministres, ces derniers, à l'image d'Olivier Véran, restent imperméables aux critiques. "Je ne confonds pas vitesse (...)

Lire la suite sur le site de GALA

VIDEO - "Olivier Véran plie ma boîte en une journée !" : chez Pascal Praud, la colère d'un restaurateur
"Elle est dans les tranches d'âge" : Apolline de Malherbe exhorte Brigitte Macron à se faire vacciner
Malika Ménard blessée par les critiques dans Tous en cuisine : elle s’explique
Vaccination : une « faute gravissime » d’Emmanuel Macron ? Xavier Bertrand sévère
Le frère cadet de Camille Kouchner met les points sur les i : « Que les bourreaux tremblent »