"Jean Castex porte le pompon, mais pas celui du Père Noël" : le Premier ministre rhabillé pour l'hiver

·1 min de lecture

Michel Sapin, successeur d'Emmanuel Macron au ministère de l'Economie en 2014, porte un regard sévère sur la gestion de la crise du coronavirus par le président de la République et son gouvernement. Dans une interview publiée dans Le Point ce mercredi 23 décembre, on lui a demandé ce qu'il pensait de Jean Castex, qui a "la désagréable mission de devoir enguirlander les Français à coups de restrictions et de couvre-feu".

"Si seulement les guirlandes étaient lumineuses et agréables à regarder, mais en plus elles changent tous les jours...", a ironisé l'ancien homme politique. Avant de revenir sur le rôle parfois ingrat du locataire de Matignon : "Le poste de Premier ministre a toujours été un des plus insupportables de la Ve République, mais là, Jean Castex porte le pompon, mais pas celui du père Noël !"

En cette période de fin d'année, le "pompon" du père Noël est plutôt porté par Emmanuel Macron, actuellement atteint de la Covid-19, d'après Michel Sapin. Mais il estime que, sous le sapin, les cadeaux seront bientôt remplacés par de mauvaises surprises.

"C'est un Père Noël qui croit que sa hotte est sans fond et que personne ne paiera à la fin, alors que ce sont peut-être nos enfants qui devront payer, déplore-t-il. Je ne remets pas en question la nécessité dans la période que nous traversons d'avoir un État très actif, y compris sur le plan budgétaire, mais il ne faut pas donner à penser que tout ceci serait sans conséquence. Les cadeaux, les parents sont bien placés pour le savoir, (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Les chroniques de Bridgerton : qui est Regé-Jean Page, le beau gosse de la série de Netflix ?
VIDÉO - Chez Laurence Ferrari, un médecin pessimiste : « On n’est pas sorti de la 2e vague »
L'agenda 2021 du gotha : Royal Baby, anniversaire de mariage pour Kate et William...
"On n'ouvrira pas avant avril" : le restaurateur Stéphane Manigold désespéré
Le saviez-vous ? Brigitte Macron avait un "chouchou" à l'Élysée, un ancien ministre