Jean Castex encore épinglé : "il a deux boulets au pied”

·1 min de lecture

En juillet dernier, l’arrivée de “monsieur déconfinement” au gouvernement soulage les Français. La pandémie ne fléchit pas. Une deuxième vague menace de submerger le pays. Jean Castex, équipé de sa cape, promet de ne pas faire chavirer le navire. Et pourtant… Nombreuses sont les personnalités, politiques et scientifiques, à critiquer sa gestion de la crise sanitaire. Dans les colonnes du Parisien, paru en kiosque ce dimanche 15 novembre, Bruno Retailleau ne l’épargne pas non plus. Le sénateur LR de Vendée ne juge pas le Premier ministre à la hauteur de la situation. “Il est animé par le sens de l’intérêt général, mais il a deux boulets au pied”, explique-t-il. D’un côté, “celui de la technocratie qui édicte des règles qui, souvent, défient le bon sens”. De l’autre, “la judiciarisation de notre société”.

Celui qui n’exclut pas l’idée de se présenter à l’élection présidentielle 2022 critique également la stratégie du gouvernement. “Comment comprendre que l’on puisse acheter du vin chez un caviste et être interdit de mettre les pieds dans une librairie ?” Des mesures qui ne feraient qu'accroître la pauvreté, qui “n’est pas confinée”. Si “la vague épidémique monte”, “la vague sociale monte encore plus fort”. Selon lui, il est temps d’agir. “Si on ne fait rien, nous aurons des centaines de milliers de nouveaux pauvres. On a des jeunes qui payaient leurs études par des petits boulots et qui ne les ont plus. On n’a pas le droit de détourner le regard de cette réalité”, s’insurge-t-il. (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Jean Castex critiqué de toutes parts, même JoeyStarr ne le rate pas
Johnny Hallyday généreux : cette drôle d’anecdote au sujet d’une moto
PHOTO - Jean-Baptiste Maunier : à un an, son fils Ezra fait déjà craquer la Toile
Léa Seydoux parle de son fils George : "Je ne le genre pas, il aura la liberté d'être qui il veut"
Le saviez-vous ? Stéphane Bern a vécu une histoire d'amour de 10 ans, avant Lionel