Jean Castex condamne « sans réserve » la vidéo de Papacito

·1 min de lecture
Jean Castex a condamné la vidéo du youtubeur Papacito, simulant le meurtre d'un électeur LFI, qui a choqué Jean-Luc Mélenchon.
Jean Castex a condamné la vidéo du youtubeur Papacito, simulant le meurtre d'un électeur LFI, qui a choqué Jean-Luc Mélenchon.

La vidéo du youtubeur Papacito, simulant une attaque armée sur un électeur LFI fictif, a suscité de nombreuses réactions de personnalités politiques. Jean Castex s'est exprimé au nom de l'ensemble du gouvernement devant l'Assemblée nationale mardi : « Le gouvernement de la République condamne sans réserve et de la manière la plus ferme » cette vidéo. « La haine, l'extrémisme, la violence sont irrémédiablement inconciliables avec nos valeurs fondamentales, avec notre projet politique : tous celles et ceux qui, directement ou indirectement, alimentent ce climat délétère ? qui affaiblit la démocratie en même temps que la France ? savent qu'ils trouveront toujours la République sur leur chemin », a ajouté le Premier ministre.

Dans une vidéo publiée dimanche sur YouTube, depuis retirée, le vidéaste Papacito déclare : « Il y a 6 % de gens qui votent pour le parti de Jean-Luc Mélenchon dans ce pays, peut-être qu'ils seront démunis s'il se passe quelque chose de pas prévu dans les années prochaines. »

À LIRE AUSSIMacron giflé : la classe politique condamne l'agression du chef de l'État

« Qu'est-ce qu'on peut faire pour ces gens-là ? » ironise le vidéaste affublé d'un treillis militaire, avant de tirer, accompagné d'un ami, avec des armes à feu, sur le mannequin représentant l'électeur LFI, ensuite lardé de coups de couteau. Des extraits de cette séquence ont été abondamment relayés et dénoncés sur les réseaux sociaux par les Insoumis, lundi, avant un communiqué puis [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles