Jean Castex au JDD : "Si la situation s'aggrave trop, il faudra bien envisager des mesures supplémentaires"

·1 min de lecture

Masque sur le nez et charlotte sur la tête, Jean Castex se penche vers le patient, lui murmure des condoléances. La voix de l'homme se fêle : il a appris le décès de son épouse une semaine plus tôt. Contaminée à l'hôpital, où elle avait été admise pour un problème cardiaque, elle a transmis la maladie à son mari, aujourd'hui pris en charge au sein du service Covid-19 de l'hôpital privé Ramsay Santé d'Aulnay-sous-Bois.Le Premier ministre s'est rendu samedi en Seine-Saint-Denis pour sonner la mobilisation dans un département durement frappé par l'épidémie.

"

On exploite tous les moyens pour tenir

"

"On exploite tous les moyens pour tenir, que ce soit des déprogrammations d'opérations, une forte solidarité entre hôpitaux publics et privés ou des transferts de patients d'une région à une autre", explique-t-il au JDD, lui qui "conjure" aussi, plus que jamais, les Français de respecter les gestes barrière. Objectif : éviter un reconfinement de l'Ile-de-France, malgré une situation qu'il juge "préoccupante".

Parce qu'il compte aussi sur les vaccins, Jean Castex a visité samedi l'un des 20 centres de vaccination du département, à Saint-Denis, où 140 personnes sont mobilisées pour inoculer à la chaîne le précieux sérum, dans des petits box. "Ça y est, c'est fait? Heureux?", lance-t-il aux nouveaux vaccinés, ravis. Mais l'urgence est là : le département ­enregistre 1.133 nouveaux cas par jour et le taux de positivité y est de 12,6%, la moyenne nationale étant de 7,2%.

"Il n'y a pas deux ...


Lire la suite sur LeJDD