Jean Castex annonce la fermeture des rayons non essentiels des grandes surfaces

·2 min de lecture

Les petits commerces resteront fermés et les grandes surfaces ouvertes devront bloquer l'accès aux rayons de produits non-essentiels dès mardi, a déclaré dimanche le Premier ministre Jean Castex.

Les petits commerces resteront fermés et les grandes surfaces ouvertes devront bloquer l'accès aux rayons de produits non-essentiels dès mardi, a tranché dimanche le Premier ministre Jean Castex, lors d'un entretien au 20H de TF1. "C'est certainement pas le moment de revenir sur les mesures annoncées, c'est beaucoup trop tôt", a estimé le chef du gouvernement qui a exhorté "toutes et tous, au-delà des commerçants, (à être) extrêmement vigilants" et à respecter ce confinement: "Il en va de la survie de l'économie, il en va de notre santé collective", a-t-il insisté.

Lire aussi :La grande distribution s'oppose à une fermeture des rayons "non-alimentaires"

"La vente des produits qui (...) sont d'ores et déjà interdits dans les commerces de proximité" seront également prohibés "dans les grandes surfaces" à partir de mardi, a ajouté le Premier ministre. En reconnaissant qu'il s'agissait pour lui d'un "crève-cœur", Jean Castex a promis de "soutenir massivement (ces commerces) pour ne pas qu'ils mettent la clé sous la porte".

Un point dans 15 jours

"Rendez-vous est déjà pris pour voir si la situation s'améliore, comment ils pourront progressivement sortir de cette situation, ça c'est la conciliation des impératifs économiques et des impératifs sanitaires", a-t-il ajouté. "Mais au jour où nous parlons, c'est clair, la priorité, c'est la protection de la santé de nos concitoyens".

Le Premier ministre a affirmé comprendre que les Français "râlent", ajoutant qu'un point serait fait "dans 15 jours et puis, surtout, à l'échéance du 1er décembre fixée comme la fin de ce confinement".

"Je dis à ces commerçants et à tous les autres, mieux vous respecterez les règles aujourd'hui à tous nos concitoyens, mieux vous respecterez toutes ces(...)


Lire la suite sur Paris Match