"Jean Cassetête" : Isabelle Balkany se lâche sur le Premier ministre

·1 min de lecture

À année mouvementée, Noël singulier. Si la deuxième étape du déconfinement a été lancée ce mardi 15 décembre, les Français s'apprêtent à des fêtes de fin d'année marquées par le contexte de crise sanitaire. De quoi inspirer Isabelle Balkany. Dans une publication relayée sur son compte Twitter, dont elle est adepte, ce samedi 19 décembre, la femme de Patrick Balkany, récemment victime d'un malaise, s'en est gentiment prise à Jean Castex. Ou plutôt "Jean Cassetête", comme il est parfois surnommé sur la Toile. "Pas plus de six à table. Ok", peut-on lire dans une image partagée par l'ex-adjointe au maire de Levallois-Perret, "mais on a le droit à combien de tables ?"

Une simple question qui a amusé les abonnés de la principale concernée. "J'ai loué un gymnase pour le réveillon de Noël. On sera six par table et j'ai pu mettre 34 tables", lui a ainsi répondu un internaute, provoquant son fou rire. Elle n'en est pas à son coup d'essai. En apprenant que le président de la République Emmanuel Macron a été testé positif au coronavirus, entraînant avec lui plusieurs cas contact (dont Jean Castex) jusqu'à l'isolement, Isabelle Balkany s'est fendue d'un autre message plein d'humour et taquin sur le réseau social à l'oiseau bleu, en légende d'un panneau d’indication, montrant la direction du 55 rue du Faubourg Saint-Honoré, et d’un théâtre de guignol. "Cluster international dans le restaurant-salle-de-spectacle de l’Élysée…", avait-elle écrit. Une boutade qui, encore une fois, a connu un franc (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Vaimalama Chaves en couple avec Nicolas Fleury : c'est le grand amour
Coup de grâce ! Le prince Andrew bientôt forcé à démissionner d'un prestigieux poste...
Madame Claude : la célèbre proxénète de la République qui rêvait de rendre "le vice joli"
Vladimir Poutine sur les nerfs : son premier opposant, Navalny, prêt à revenir en Russie "son pays"
VIDÉO - Brigitte Macron "désolée" après une gênante rumeur concernant Jean-Pierre Pernaut