Jeûnes, crudivorisme : ces régimes alimentaires à l'épreuve de la (vraie) science

·1 min de lecture

Sur Internet, les pratiques alimentaires censées favoriser le bien-être ou la perte de poids sont en vogue. En février, le ministère de l’Intérieur alertait sur les dérives sectaires de certains promoteurs de ces régimes. Enrobées d'un discours pseudo-scientifique, les affirmations martelées par ces youtubeurs ne résistent pas à l'épreuve des vérités médicales.

" Une alimentation qui permet de retrouver la santé ". C’est la promesse de nombreuses pratiques alimentaires en vogue, à l’instar du crudivorisme et du jeûne intermittent. Elles se répandent d'autant plus qu'elles sont vantées sur les réseaux sociaux par de prétendus " coachs " en santé, bien-être et nutrition qui mettent en avant des supposées preuves scientifiques pour convaincre. Pourtant, les bienfaits de ces remèdes n’ont pas été démontrés et certains peuvent même s’avérer dangereux. Surtout lorsque leurs promoteurs détournent les nouveaux adeptes de leur parcours de soins classique.À tel point qu’un rapport de la Mission interministérielle de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes), paru en février, alerte sur les stages de jeûnes extrêmes et le crudivorisme. Exacerbés par la crise sanitaire, les signalements de dérives aux autorités ne cessent d’augmenter. Quel crédit scientifique accorder à ces régimes ? Marianne fait le point.Le crudivorisme… et le risque de parasitesCrudivorisme, ou " alimentation vivante ". Le terme ne vous dit rien ? Pourtant, celui qui l’a popularisé, Thierry Casasnovas,...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Motion de défiance contre la direction de 20 Minutes : "On va droit dans le mur"

Champagne de l’Aube : la promesse de bulles vraies

20 départements sous "surveillance renforcée", pas de mesures immédiates : les annonces de Castex

"Un pull à 20 euros, c’est ce que je mange en une semaine" : ce que coûte le Covid aux Français

MMA, Maaf, GMF... Fausses mutuelles, vraies machines à fric