Jeûne et crudivorisme: une nouvelle plainte déposée contre Thierry Casasnovas

·3 min de lecture
La chaîne Youtube de Thierry Casasnovas est suivie par 525.000 abonnés. - Youtube
La chaîne Youtube de Thierry Casasnovas est suivie par 525.000 abonnés. - Youtube

Les procédures judiciaires s’accumulent contre Thierry Casasnovas. Ce gourou, qui fait la promotion du jeûne et du crudivorisme sur internet, déjà au cœur d’une enquête pour mise en danger de la vie d'autrui, est désormais visé par une plainte de l'Union nationale des Associations de Défense des Familles et de l’Individu victimes de sectes (UNADFI), selon des informations de Midi-Libre, confirmées par BFMTV.com.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Guérir cancer, diabète ou dépression

L’association, qui travaille dans la prévention des dérives sectaires, a déposé plainte pour "abus de faiblesse", "escroquerie", "exercice illégal de la médecine et de la pharmacie" et "mise en danger délibéré d’autrui", selon l’avocat de l’UNADFI, Me Jean-Baptiste Cesbron, contacté par nos soins.

"L'association a reçu de nombreux témoignages de familles de personnes ayant suivi les préceptes de Thierry Casasnovas. Ils ont vu leurs proches dépérir, changer de comportement ou couper les relations avec leur entourage", souligne-t-il.

Thierry Casasnovas est l'un des YouTubeurs francophones les plus influents dans le domaine du jeûne et du crudivorisme, avec 525.000 abonnés et des dizaines de millions de vues cumulées. Selon ses vidéos, ces pratiques pourraient prévenir, voire guérir cancer, diabète ou dépression. Il rejette la médecine traditionnelle, ne "croit pas à la vaccination" et leur préfère les jus de légumes ou le trampoline, "idéal pour faire bouger la lymphe".

Le coronavirus, "si j'étais ministre de la Santé, ce serait réglé rapido: bain froid et jeûne pour tout le monde, un petit jus de carottes et vas-y que je t'envoie", affirme-t-il notamment face caméra.

Une "cure de jouvence" à 300 euros

L’homme vend aussi des "formations", telles qu’une "cure de jouvence", à 300 euros, qui contient "l'ensemble des connaissances accumulées par Thierry Casasnovas (...) parti de l'état de presque mort en 2007 vers un état de pleine santé aujourd'hui", fait valoir son site internet. Son entreprise, basée dans les Pyrénées-Orientales, a réalisé en 2019 un bénéfice de 645.812 euros, selon ses comptes déposés au greffe du tribunal de commerce de Perpignan. Prudent, son site internet dit "ne remplace(r) en aucune façon une consultation médicale ou les conseils de tout autre professionnel de santé".

L’homme, a refusé les demandes d’interview de Midi-Libre, tout comme lorsque nous avons tenté de le joindre en octobre dernier. Toutefois il a envoyé un mail à nos confrères, dans lequel il dit "mettre un terme à [s]a vie publique (...) car la pression de vos collègues parisiens (pas que...) a eu raison de [s]a passion." "J'ai une compagne, un enfant, des parents âgés, j'ai promis de les préserver et c'est pourquoi j'ai tout arrêté", ajoute-t-il. Et de poursuivre:

"Le fait que le débat porte toujours sur ma personne et sur des faits supposés de ma vie montre le vide argumentaire de celles et ceux qui ont intérêt à me faire passer pour un illuminé au mieux et une ordure au pire."

Ce retrait de la vie publique fait sourire Me Jean Cesbron, qui rappelle que Thierry Casasnovas "a tout fait pour recueillir une notoriété. Il faut qu'il accepte ce jeu, il a créé son personnage autour de ça." Surtout, l'avocat de l'UNADFI appelle à la prudence:

"Son discours est moins visible, donc moins toxique. En parallèle, sa parole se fait plus secrète et s'imprègne sur une communauté qui se referme sur elle", prévient-il.

Avec plus de 600 saisines, dont 70 en 2020, il est la personnalité la plus signalée à la Miviludes.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles