"Si j'avais été plus faible, je pense que je me serais suicidée" : une vingtaine de femmes portent plainte pour harcèlement sur le réseau social Curiouscat

franceinfo

Une enquête préliminaire a été ouverte à Lille, vendredi 29 mai, après la plainte d'une jeune femme pour cyberharcèlement et menaces de mort, a appris franceinfo de source proche du dossier, lundi 1er juin. Comme des dizaines d'autres femmes, elle dit avoir été harcelée sur la plateforme Curiouscat, un réseau social qui permet d'échanger des messages, y compris anonymes. Comme elle, une vingtaine d'autres femmes ont décidé de porter plainte, dont certaines ce lundi.

Les plaignantes viennent de Lille, Lyon, Marseille, Angers, Chartres, Avignon,Tours ou encore Béziers ainsi que de région parisienne. Toutes racontent avoir reçu, du jour au lendemain, des centaines de menaces et d'insultes. C'est le cas de Donya, qui a commencé à recevoir des messages début mai. Des menaces de mort, de viol, de séquestration reçues par centaines en quelques jours. La jeune femme de 25 ans, victime d'un viol quelques années plus tôt, a vu tous ses traumatismes ressurgir.

Crises de stress post-traumatique


"J'avais des messages comme 'tu n'as pas l'air d'avoir été traumatisée alors que quelqu'un t'a prise de force. Si on te (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi