“J'arrive pas à y croire" : Lorie Pester parle de sa fille, sa victoire contre l'endométriose

·1 min de lecture

Large sourire aux lèvres, yeux pétillants, c'est une jeune mère heureuse qui a répondu aux questions de Nikos Aliagas ce samedi 7 novembre dans l'émission 50min Inside sur TF1. Confiant non sans un certain soulagement que sa petite Nina faisait ses nuits depuis une semaine, la chanteuse a accepté de revenir en détails sur cet heureux évènement qui vient de bouleverser sa vie. "Je n'arrive pas y croire," a-t-elle confié les yeux embués de larmes, "je peux être là à la regarder pendant des heures (...) je me dis ça y est, c'est enfin arrivé".

Depuis des années, Lorie se battait pour concrétiser son rêve de devenir mère. Atteinte d'endométriose, maladie qui peut rendre infertile, elle avait médiatisé son combat aux côtés de Laetitia Milot, qui a également eu la chance de donner naissance à une petite Lyana en mai 2018. Lorie avait également milité pour que soit possible en France la congélation d'ovocytes afin de multiplier les chances pour une femme de concevoir.

Eternelle optimiste, Lorie, qui n'a jamais baissé les bras est aujourd'hui une femme comblée de bonheur. Que les fans de la série Demain nous appartient, si la star a dû quitter le programme pour donner sereinement la vie, elle devrait prochainement faire son retour. Mais changement notable, sa petite Nina est désormais au centre de toutes ses attentions. "Les priorités changent, la vie change. On ne voit plus la vie de la même façon. Tout ce qui était nos petits soucis, nos petits problèmes avant... ma fille va bien, tout (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Héritage de Raymond Devos : retour sur un incroyable mic-mac
Nathalie Baye stricte sur l’éducation de Laura Smet : cette règle immuable qu’elle imposait à Johnny
Alice Taglioni : qui est Dorine Bourneton, la pilote handicapée, qu'elle incarne dans un téléfilm de TF1 ?
Amber Heard menacée par les fans de Johnny Depp : ces messages inquiétants
Elodie Gossuin "en panique" : elle a "peur de laisser ses enfants partir à l'école"