Jared Kushner, le discret gendre à tout faire de Trump

Libération.fr

Chargé aussi bien de résoudre le conflit israélo-palestinien que de lutter contre les opiacées, le mari d’Ivanka Trump est devenu le conseiller très spécial du président américain, malgré son inexpérience et des risques de conflits d’intérêts.

Après l’échec, le réconfort. Le 25 mars, au lendemain de la débâcle de sa réforme de la santé, Donald Trump s’est offert l’un de ses plats favoris - un steak bien cuit - au restaurant de son hôtel de luxe à Washington. Pour ce rare dîner en dehors de la Maison Blanche ou de son club de Mar-a-Lago à Palm Beach, le président américain avait opté pour un comité très restreint : sa fille Ivanka et son gendre Jared Kushner. Intimes parmi les intimes, les deux trentenaires ont fidèlement accompagné et conseillé Trump tout au long de sa campagne, avant de déménager avec lui dans la capitale fédérale. Peu à peu, le couple glamour - surnommé «J-Vanka» par la presse people - semble prendre du galon au sein de l’administration.

Collusion. Tous deux conseillers (non rémunérés) de Trump, Ivanka, 35 ans, et Jared Kushner, 36 ans, disposent chacun d’un bureau dans la fameuse West Wing, l’aile ouest de la Maison Blanche où bat le cœur de l’exécutif américain. En l’absence de Melania, la femme du Président, restée à New York avec leur fils, Ivanka Trump joue parfois les First Lady de substitution. Dépeinte comme une avocate de la cause des femmes, elle rencontre de nombreuses personnalités reçues par son père. La dernière en date, Angela Merkel, l’a invitée à participer, fin avril à Berlin, au sommet «Women 20», consacré à la place des femmes dans le monde du travail.

Moins exposé, Jared Kushner semble promis à un rôle plus politique. Pour beaucoup, ce senior advisor élevé dans une famille juive démocrate représente la frange modérée de la galaxie Trump, où orbite aussi la faction nationaliste et populiste incarnée par Steve Bannon. Certains espèrent d’ailleurs que Kushner tempérera Trump. Un rôle d’homme de l’ombre conforme au profil de cet (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Who run the world ?
En Arménie, le parti au pouvoir en tête des législatives
Guyane, Colombie, présidentielle… L'essentiel de l'actu du week-end
Pakistan: 20 personnes torturées et tuées dans un sanctuaire soufi
«Biens mal acquis»: l’étau se resserre autour du clan Sassou Nguesso

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages