«Jardin», vers l’infini et au-delà

Libération.fr

De Giverny à l’Amazonie, les jardins et leur modernité sont mis à l’honneur au centre Pompidou-Metz, dans une exposition aussi touffue que passionnante.

On sortait tout juste des «Jardins» du Grand Palais, et voilà que s’offre à nos yeux une autre expo consacrée au thème - au singulier cette fois, «Jardin infini», indéterminé comme s’il ne s’agissait que d’un seul et immense objet horticole. Presque : on s’intéresse dans ces murs au jardin ouvert, expérimental, «qui oblige le voisinage au partage», selon les mots du paysagiste Gilles Clément. L’expo est touffue, ça germine et ça pollinise dans tous les sens, parfois un peu trop, mais c’est souvent passionnant.

«Authenticité botanique». L’objet en est le jardin de la modernité, «lieu de résistance et de dissidence», de Giverny à l’Amazonie, donc du début du XXe siècle à nos jours. Un jardin de résistance, ce serait quoi ? On pense aux jardins de quartiers, à ces petites parcelles de terre reprises à coups de binette aux mains de la spéculation immobilière. Et c’est un peu ça, mais versant artistique, qui s’étale dans le second temps du parcours : le vivant qui perce entre les galets du jardin de Derek Jarman à Dungeness, que l’artiste avait conçu non loin d’une centrale nucléaire alors qu’il se savait condamné par le sida, ajonc, santoline et chardon bravant les éléments pour pousser au milieu des bois flottés. Et c’est aussi le radeau Island for Weeds (2003) du Britannique Simon Starling, qui a fabriqué un asile offshore pour rhododendrons, espèce désormais bannie d’Ecosse en vertu du principe «d’authenticité botanique». Voilà l’un des apprentissages de la visite : le repli identitaire sévit en botanique comme ailleurs. Monet, déjà, en avait été la victime, lorsqu’il voulut importer ses exotiques nymphéas, qui firent s’émouvoir la population de Giverny («Merde pour les naturels de Giverny !» s’était-il écrié).

Contre ce fantasme d’authenticité, contre, aussi, les démonstrations de puissances économiques ou coloniales, (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Au musée de Flandre, les animaux fantastiques
James Rosenquist au firmament pop
OLGA PICASSO, ex-flamme d’un maître
Festival d’Avignon : le focus «Afrique» est-il réactionnaire?
Valentin de Boulogne, un grand cru

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages