Le Japon reporte ses objectifs d'égalités hommes-femmes pour les postes à responsabilité

·2 min de lecture

Le Japon reporte, une fois de plus son objectif d'atteindre une proportion de 30% de femmes a des postes a responsabilité d'ici fin 2020. Le Premier ministre Yoshihide Suga vise désormais à atteindre cet objectif « au plus tôt » au cours de ces dix prochaines années dans un nouveau plan quinquennal sur l'égalité hommes-femmes approuve, aujourd'hui, par son gouvernement. Le Japon, troisième économie mondiale reste très en retard en matière d'égalité des sexes.

Avec notre correspondant à Tokyo, Frédéric Charles

Le Forum économique mondial place le Japon a la 121e place sur 153 pays en matière d'égalite hommes-femmes. Et a la 131e place pour la proportion de femmes a des postes à responsabilité dans les entreprises, la politique et l'administration.

Entre en fonction en septembre dernier, le gouvernement du Premier ministre Yoshihide Suga ne compte que deux femmes sur 21 ministres. Et l'une d'entre elles nommée à la Justice est chargée de la sale besogne de signer les ordres d'exécution des condamnés a mort.

La réaction de Tomomi Inada, l'ancienne ministre de la Defense ne s'est pas faite attendre : « Le Japon est une démocratie sans femmes », a-t-elle déclaré.

Un objectif de 30% de femmes dans le gouvernement

La proportion de femmes à des postes à responsabilité est estimée a 15% par le gouvernement. Et rien n'indique une volonté de changer la situation. Cet objectif des 30% a été fixée pour la première fois en 2003. Dans le but de contraindre une société construite a l'image de l'homme d'accepter la diversité.

En 2014, l'ancien premier ministre Shinzo Abe lancait une nouvelle initiative destinée a « faire briller les femmes ». En leur permettant de mener de front une carrière et d'avoir des enfants. Le marché du travail s'est davantage ouvert aux femmes. Mais leurs emplois demeurent précaires et mal payés.

Le nouveau plan quinquennal sur l'égalité hommes-femmes ne mentionne même pas la possibilité pour les femmes de continuer a porter leur nom de jeune fille après le mariage.