Publicité

Japon : le Premier ministre propose d’alléger la dette aux étudiants qui auraient un enfant

Le Premier ministre japonais, Fumio Kishida, a suggéré d’alléger la dette étudiante pour les foyers qui auraient des enfants. Une proposition qui n’a pas manqué de faire réagir.

Depuis 40 ans, le Japon fait face à une dénatalité record, qui se détériore d’année en année. En 2022, un peu moins de 800 000 bébés sont nés au Japon, c’est-à-dire à peine plus qu’en France malgré une population japonaise près de deux fois plus importante. Pour faire face à cette crise, le Premier ministre japonais, Fumio Kishida, a suggéré une mesure pour le moins singulière. L’homme politique membre du Parti libéral-démocrate a proposé de conditionner la réduction de l’endettement étudiant à la parentalité. Une proposition qui n’a pas manqué de faire réagir.

À lire aussi EXCLUSIF. Baisse de la natalité : François Bayrou donne l'alerte

La sénatrice Noriko Ishigaki s’est indignée lors d’un débat à la Chambre haute du Parlement japonais, estimant qu’« exiger un enfant en contrepartie d'une réduction de sa dette étudiante est une mauvaise mesure pour s'attaquer au faible taux de natalité ». Le Premier ministre, présent lors de ce débat, n’a pas souhaité s’étendre davantage sur cette proposition, mais a insisté sur la nécessité de « respecter » un débat « libre et vigoureux » sur le sujet. exiger un enfant en contrepartie d'une réduction de sa dette étudiante est une mauvaise mesure pour s'attaquer au faible taux de natalité». Le Premier ministre, présent lors de ce débat, n’a pas souhaité s’étendre davantage sur cette proposition, mais a insisté sur la nécessité de « respecter » un débat « libre et vigoureux » sur le sujet.

Une contrainte plutôt qu’une aide ?

Le député du Parti libéral-démocrate en charge de ce dossier, Masahiko Shibayama, a tenu à assurer devant les médias japonais que cette proposition visait avant tout à soutenir financièrement des familles, plutôt qu’à sanctionner des foyers sans enfant. Il estime que cette mesure est avant tout discutée comme « une extension du soutien à l'éduc...

Lire la suite sur Le JDD

VIDÉO - Dans le monde des poupées, la Barbie japonaise envoûte aussi les adultes