Japon : les motivations de l'auteur des coups de feu restent floues

© STEPHANIE KEITH / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Ce samedi, le Japon se réveille endeuillé après l'assassinat de Shinzo Abe . La population est sous le choc, d'autant que l'enquête n'avance pas vraiment. Les motivations de l'auteur des coups de feu mortels sont jugées peu cohérente. On ignore donc si son acte avait une motivation politique ou s'il s'agit d'un déséquilibré.

Des motivations floues

Tetsuya Yamagami, l'assassin de Shinzo Abe , dit avoir tué l'ex premier ministre car il aurait été en lien avec un groupe auquel sa mère aurait fait plusieurs dons au point de s'endetter. On ignore le nom de ce groupe. Il pourrait s'agir d'une association religieuse et sa proximité éventuelle avec Shinzo Abe n'est pas confirmée. L'ex-militaire a entamé hier soir une garde à vue qui sera longue trois semaines au minimum, à l'issue desquels elle peut être renouvelée sans limitation dans le temps.

 

>> Retrouvez le journal de la mi-journée week-end en podcast et en replay ici

Sa garde à vue pourrait donc s'éterniser pendant des mois dans des conditions spartiates : une cellule minuscule, non climatisée, éclairée 24 heures sur 24, et une dizaine d'heures d'interrogatoire par jour, sans accès à un avocat. 90 enquêteurs sont mobilisés. Des effectifs aussi nombreux. C'est sans précédent au Japon pour une affaire criminelle.

La presse et des experts pointent du doigt des failles dans le dispositif de sécurité qui a encadré le déplacement fatal de Shinzo Abe ce vendredi. "Des têtes vont tomber au sommet de la police nationale", assurent...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles