Publicité

Le Japon met fin à sa politique de taux d'intérêts négatifs, un changement de cap historique

Mardi 19 mars, le Japon a vécu un mardi historique puisque pour la première fois depuis 2007, la Banque centrale a haussé son taux directeur. Depuis 17 ans, le pays pratiquait des taux d'intérêt négatifs pour stimuler l'économie mais, à présent, Tokyo juge que ce n'est plus nécessaire. L'archipel serait donc en passe de tourner la page de trente années de déflation.

La Banque du Japon va désormais appliquer un taux d'intérêt de court terme entre 0% et 0,1% contre -0,1% jusqu'ici. Elle prend acte d'un retour de l'inflation, mais entend maintenir des conditions financières accommodantes, car la reprise économique reste fragile au Japon.

L'argent ne coutait rien au Japon. L'économie japonaise était paralysée depuis 30 ans par la déflation, la baisse généralisée des prix, consécutive a l'implosion de sa bulle immobilière et boursière de la fin de 1989. Non seulement l'argent ne coutait rien au Japon, mais la banque centrale pratiquait depuis 2016 des taux négatifs. Ce qui revenait à subventionner les banques qui se finançaient au près d'elle, précise notre correspondant à Tokyo, Frédéric Charles.

Mais ce n'est plus le cas. La Banque du Japon estime avoir gagné sa lutte contre la déflation. L'inflation est de retour, même si elle est surtout importée : la faiblesse du yen renchérit les prix du pétrole, du gaz et du charbon. Les grandes entreprises consentent des hausses de salaires importantes en raison de la pénurie de main d'œuvre due au vieillissement et à la diminution de la population japonaise.


Lire la suite sur RFI