Publicité

Japon: l'inquiétude des habitants face à la perspective d'un tremblement de terre majeur

Au Japon, ce jeudi 1er février 2024 est un jour de recueillement et de tristesse, un mois après le tremblement de terre de magnitude 7.6 qui, le 1er janvier, dévasta la péninsule de Notô, dans l'ouest du pays. Depuis, 1 500 secousses y ont déjà été dénombrées. Elles ont coûté la vie à plus de 250 personnes et causé des dégâts considérables. L'archipel n'avait plus connu une catastrophe aussi meurtrière et destructrice depuis une demi-douzaine d'années.

Avec notre correspondant à Tokyo, Bruno Duval

L'activité sismique a été si exceptionnelle en janvier 2024 que beaucoup de Japonais, inquiets, se sont rué dans les magasins. À l'image de ces Tokyoïtes : « J'ai acheté de quoi fixer solidement aux murs tout ce qui pourrait me tomber dessus. Il paraît qu'à chaque gros séisme, beaucoup de Japonais sont blessés par des frigos ou des garde-robes qui basculent sur eux », dit celui-ci.

« Consigne »

«Désormais, annonce cette femme, mes placards sont remplis à ras bord: j'ai de quoi manger et boire pendant une semaine. C'est la consigne, pour la cas où on est coincé chez soi après une catastrophe majeure ». « Moi, lance cet homme, je me suis procuré des couvertures de survie et des patchs chauffants car il fait glacial dans les centres d'hébergement d'urgence, qu'il faut ventiler en permanence pour ne pas que les virus de la grippe et du Covid-19 s'y propagent. »

Et ils feraient au moins 500 000 morts. Dans un récent sondage, une majorité de Japonais (53%) juge être insuffisamment préparée à ces catastrophes annoncées et, dès lors, redoute, le moment venu, de ne pas pouvoir les gérer.


Lire la suite sur RFI