Japon: l'ex-Premier ministre s'excuse devant le Parlement après un scandale

·2 min de lecture

L'ancien Premier ministre japonais Shinzo Abe a présenté ses excuses devant le Parlement vendredi au sujet d'un scandale lié au financement de réceptions organisées pour ses partisans, à propos duquel les procureurs ont décidé de ne pas l'inculper.

M. Abe, 66 ans, qui a démissionné en septembre pour raisons de santé après avoir battu des records de longévité au poste de Premier ministre (près de neuf ans), a nié toute malversation personnelle, mais a reconnu que certaines déclarations qu'il avait faites devant le Parlement s'étaient révélées erronées.

"Même si je ne le savais pas, je ressens une responsabilité morale. Je le regrette sincèrement et je m'excuse auprès de mes collègues" du Parlement, a-t-il déclaré devant la Chambre basse.

"Il s'avère que j'ai donné des explications qui sont contraires aux faits", a-t-il reconnu en s'engageant à "travailler dur pour pouvoir servir le peuple en gagnant sa confiance".

Selon la loi japonaise, les dépenses effectuées pour des événements politiques doivent être déclarées, ce que le bureau de M. Abe n'a pas fait pour des dîners qu'un groupe politique le soutenant a organisés à plusieurs reprises la veille de la fête des cerisiers en fleurs, parrainée chaque printemps par le gouvernement.

Son bureau aurait ainsi dépensé plus de huit millions de yens (63.000 euros) pour ces événements sur une période de cinq ans, jusqu'en 2019, ont rapporté des médias locaux.

L'ancien dirigeant avait déjà tenu jeudi une conférence de presse, pour la première fois depuis sa démission, où il s'était excusé "sincèrement", mais affirmé qu'il n'avait pas connaissance des paiements.

Il a été interrogé à ce sujet par des procureurs, mais ceux-ci ont annoncé jeudi qu'il ne serait pas poursuivi.

Des élus de l'opposition au Parlement ont vivement appostrophé M. Abe vendredi. "Vous n'avez aucune intention de découvrir la vérité, ni de l'expliquer au public", lui a lancé Takahiro Kuroiwa, du Parti démocrate constitutionnel (PDC).

"Pourquoi ne démissionnez-vous pas de votre mandat d'élu?", a renchéri Kiyomi Tsujimoto, également membre du PDC.

Le successeur de M. Abe, l'actuel Premier ministre Yoshihide Suga, a aussi présenté des excuses pour des déclarations erronées au sujet de ces paiements.

M. Suga a longtemps été le bras droit de M. Abe.

Ce scandale tombe à un très mauvais moment pour son gouvernement, dont la popularité a plongé face à sa gestion de la troisième vague de coronavirus que connaît le pays.

M. Abe, issu de la droite nationaliste japonaise, a survécu à plusieurs scandales alors qu'il était au pouvoir, notamment en liaison avec la fête des cerisiers en fleurs.

Le gouvernement Abe a été accusé d'y avoir invité ses partisans et même un membre de l'organisation des yakuzas, la mafia japonaise.

kh-sah/mac/ras/ia