Japon : un groupe de 677 macaques dirigé par une femelle alpha

·1 min de lecture
Sous ses ordres, la guenon a un groupe de 677 macaques, qui vivent sur l’île de Kyushu (photo d'illustration).
Sous ses ordres, la guenon a un groupe de 677 macaques, qui vivent sur l’île de Kyushu (photo d'illustration).

C?est un phénomène inédit, qui a été observé au sein de la réserve japonaise de Takasakiyama, créée en 1952. Comme le relaye Courrier international, qui a repéré l?article sur le site du Guardian, une jeune guenon, prénommée Yakei, a dominé un mâle alpha, avant de s?imposer cheffe de meute. Sous ses ordres, elle a désormais un groupe de 677 macaques, qui vivent sur l?île de Kyushu.

Le chef du second groupe, un mâle âgé de 31 ans et dominant depuis cinq ans, s?est finalement incliné devant la jeune femelle de 9 ans, poursuit le quotidien britannique.

« Une expression de pouvoir »

Selon Satoshi Kimoto, qui exerce la profession de guide au sein du parc naturel, le comportement dominant de la guenon est facilement observable. « Yakei grimpe aux arbres et les secoue, ce qui est une expression de pouvoir et un comportement très rare chez les femelles », explique-t-il auprès du média.

À LIRE AUSSIBali : les macaques voleurs savent reconnaître les objets de valeur

Avant de poursuivre, en ces termes : « Elle se promenait avec la queue relevée, ce qui est également très inhabituel pour une femelle. » Il a ajouté que le personnel de la réserve avait du mal à expliquer le comportement de Yakei.

Il existe 100 000 macaques au Japon

Au Japon, la population de macaques est estimée à 100 000 individus. Quant à la réserve de Takasakiyama, elle abrite près de 1 500 macaques, indique The Guardian. Ces animaux sont répartis dans deux troupes distinctes : la troupe A et la troupe B.

À [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles