À Fukushima, le Japon relâche de l'eau radioactive mais nos centrales aussi

Quang Pham
·1 min de lecture
Des employés de TEPCO devant des citernes d'eau radioactive sur le site de Fukushima. (Photo: TORU HANAI via AFP)
Des employés de TEPCO devant des citernes d'eau radioactive sur le site de Fukushima. (Photo: TORU HANAI via AFP)

FUKUSHIMA - 1,25 million de mètres cubes d’eau radioactive de la centrale de Fukushima seront déversés dans la mer, a annoncé le Premier ministre Yoshihide Suga ce mardi 13 avril. La décision est reçue comme une nouvelle catastrophe écologique, conséquence de l’accident de la centrale nucléaire endommagée par un tsunami le 11 mars 2011. Elle n’en est pas moins représentative d’une pratique courante dans l’industrie nucléaire: le rejet d’eau retraitée dans la nature.

En France, chaque année des centaines de milliers de mètres cubes d’eau faiblement radioactive sont également déversés par les centrales nucléaires.

À Fukushima, un déversement sur 30 ans

D’où viennent les volumes d’eau de Fukushima qui font la Une de l’actualité au Japon et à travers la planète? “Près de 170 mètres cubes d’eau sont quotidiennement injectés dans les réacteurs de la centrale”, explique au HuffPost Jean-Christophe Gariel, directeur général adjoint en charge de l’environnement et de la santé à l’Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN).

L’objectif? Refroidir le corium, c’est-à-dire la matière fondue issue de la fusion du coeur du réacteur, toujours dangereuse dix ans après l’accident. “Il faudra sans doute des années avant qu’il puisse être retiré”, précise Jean-Christophe Gariel. Une fois déversée, l’eau de refroidissement est retraitée puis stockée.

Problème: la capacité maximale de stockage du site, de près d′1,37 de million de mètres cubes, est en passe d&rsqu...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.