Japon: démission d'un troisième membre du gouvernement Kishida

AP - Toru Hanai

Au Japon, le ministre des Affaires intérieures démissionne à la suite d'un scandale financier. C'est le troisième membre du gouvernement à quitter ses fonctions en moins d'un mois, fragilisant un peu plus la position du Premier ministre, Fumio Kishida.

Avec notre correspondant à Tokyo, Frédéric Charles

Trois départs du gouvernement de la troisième économie du monde en moins d'un mois. Face à cette cascade de démissions, les médias japonais se demandent combien de temps encore le Premier ministre Fumio Kishida, au pouvoir depuis 2021, pourra s'y maintenir. Il est en chute libre dans les sondages. Sa cote de popularité atteint à peine les 30%. En dessous de ce seuil, ses jours politiques sont comptés.

Accusations

Le ministre de l'Intérieur, Minoru Terada, a reconnu qu'un de ses groupes de soutien avait soumis un rapport de financement politique signé d'une personne décédée. D'autres accusations portent sur des paiements illégaux durant sa campagne de réélection a la chambre basse du Parlement.

Les Japonais ne pardonnent pas au Premier ministre, Fumio Kishida, d'avoir organisé, sans consultations et à grand frais, des funérailles nationales pour l'ancien chef du gouvernement assassiné Shinzo Abe. Un personnage controversé au Japon et proche de la droite ultra nationaliste.

Liens avec la secte Moon

►À lire aussi : Japon: une enquête gouvernementale va être lancée sur la secte Moon (17 octobre 2022)


Lire la suite sur RFI