Japon: début de la construction d'un filet pour cacher une vue sur le Mont Fuji

Des touristes photographient le mont Fuji avant l'installation d'un vaste filet pour cacher la vue, le 3 mai 2024 à Fujikawaguchiko, au Japon (Philip FONG)
Des touristes photographient le mont Fuji avant l'installation d'un vaste filet pour cacher la vue, le 3 mai 2024 à Fujikawaguchiko, au Japon (Philip FONG)

Une petite ville du Japon a commencé à installer un vaste filet sur un site célèbre pour la vue qu'il offre du mont Fuji, pour cacher ce panorama aux touristes jugés trop incivils par les habitants locaux.

La ville de Fujikawaguchiko a entrepris d'ériger ces panneaux maillés de 2,5 mètres de haut et 20 mètres de long à un endroit très fréquenté par les visiteurs souhaitant photographier la montagne mythique du centre du Japon.

Les photographies prises d'un trottoir étroit, derrière une route très passante, sont très populaires sur les réseaux sociaux.

Les habitants et les autorités de la ville se plaignent de nombreuses incivilités et entorses au code de la route des touristes, qui laissent des détritus, fument en dehors des zones autorisées, ignorent les feux de signalisation au rouge...

Selon un habitant, certains touristes crient lorsqu'on leur demande de déplacer un véhicule mal garé, d'autres jettent leurs mégots de cigarette à terre.

Le filet, dont la construction devrait être terminée mi-mai, vise à les décourager de se rendre sur place.

La décision de la ville a fait la Une de la presse nationale et internationale.

Le Japon tente de lutter contre les effets du surtourisme, avec la fermeture récente de certaines ruelles dans le quartier des geishas à Kyoto (ouest), ou l'accès payant et contingenté au Mont Fuji à partir de cet été.

Plus de trois millions de visiteurs étrangers sont entrés au Japon en mars, un record mensuel absolu pour le pays, qui s'était longtemps fermé au tourisme international durant la pandémie de Covid-19.

Le mont Fuji, le sommet le plus haut du Japon (3.776 m), peut être photographié de nombreux endroits à Fujikawaguchiko ou ailleurs.

La mairie de Fujikawaguchiko a été submergée d'appels de Japonais, dont beaucoup ne résident pas sur place, qui lui reprochent sa décision.

"Ce n'est pas que nous ne voulons pas que les gens voient le mont Fuji. Le problème, c'est qu'il y a tellement de gens qui ne sont pas capables de respecter les règles de base", a déclaré un responsable de la ville à l'AFP.

Le filet est regrettable, mais peut-être nécessaire, ont déclaré à l'AFP des habitants de la région.

"Nous accueillons les étrangers pour revitaliser la communauté, mais il y a tant de règles élémentaires qui sont enfreintes, comme traverser la route, jeter des ordures et pénétrer dans les propriétés des gens", explique à l'AFP une habitante de 60 ans, qui s'est présentée, sous le nom de Watanabe.

"Après tout, ils sont ici pour le mont Fuji, alors avoir cet obstacle devant les yeux est très regrettable", selon elle.

"Il y aurait peut-être eu d'autres moyens de faire face à cette situation, mais pour l'instant, j'ai l'impression qu'on ne peut rien y faire", a-t-elle ajouté.

Certains touristes ont dit comprendre la décision de la ville tout en exprimant l'espoir qu'elle crée un lieu pour les personnes souhaitant prendre des photos.

D'autres pensent que cette barrière ne fera qu'aggraver la situation.

"Empêcher les gens ? Je ne pense pas, les gens qui le veulent trouvent toujours un moyen ; ils iront à gauche ou à droite de la barrière", estime Trinity Robinson, 29 ans, une touriste australienne.

"Il y aura certainement un moyen de prendre la photo. Ce sera juste plus dangereux, vraiment".

Un habitant de la région appelle, lui, à découvrir d'autres lieux pittoresques de région : "Le mont Fuji, vu d'ici (près d'une supérette), est fantastique. Mais il y a tellement d'autres endroits dans le coin à visiter d'où vous avez des vues magnifiques", dit à l'AFP cet homme de 37 ans, se présentant sous le nom d'Ama.

hih-cg/juf/jg