Japon : Covid-19 et chutes de neige perturbent les festivités du Nouvel An

·1 min de lecture

Un record de contaminations au coronavirus à Tokyo et d'abondantes chutes de neige paralysant le reste de l'archipel perturbent les festivités du Nouvel An au Japon. Le premier ministre Yoshihide Suga avertit que l'état d'urgence pourrait s'avérer nécessaire dans la capitale japonaise face à une hausse des infections plus fortes que celles du printemps et de l'été.

Avec notre correspondant à Tokyo, Frédéric Charles

Les Japonais paraissent s'inquiéter autant des chutes de neige - il en est déjà tombé plus d'un mètre dans certaines régions - que d'une recrudescence alarmante des cas de Covid-19.

À Tokyo, la gouverneure Yuriko Koike dit craindre une « explosion » des nouvelles contaminations. Pour la première fois, ce 31 décembre, le seuil des 1 000 infections est dépassé dans la capitale.

La gouverneure prie les Tokyoïtes de ne pas visiter leurs temples bouddhiques et leurs sanctuaires shintoïstes au moment d'entrer dans la nouvelle année. Le Nouvel An est une fête empreinte de religiosité au Japon.

Habituellement, les trois quarts des Japonais - il sont 126 millions - s'y rendent pour invoquer leurs divinités. Cette troisième vague de contaminations est plus forte que les précédentes. Les hôpitaux sont à la limite de leurs capacités.

Certaines villes font appel au personnel médical de l'armée. Comme son prédécesseur, le Premier ministre Yoshihide Suga est accusé de privilégier l'économie au risque de compromettre la santé de la population. Et les vaccinations ne commenceront pas avant début mars.

Pourtant, le Japon maîtrise mieux la pandémie que d'autres pays avec moins de 3 500 décès depuis janvier 2020.