Japon: une centaine de blessés après un séisme au large de Fukushima

·2 min de lecture

Plus d'une centaine de personnes ont été blessées au Japon dans un puissant séisme près de dix ans après la catastrophe de Fukushima.

Le Japon s'est fait une grosse frayeur dans la nuit de samedi à dimanche après un séisme sous-marin de magnitude 7,3 au large de Fukushima, dans le nord-est du pays, près de dix ans après le tsunami qui avait entraîné un accident nucléaire majeur dans la centrale de cette région.

Survenu samedi peu après 23h, le tremblement de terrain a fait une centaine de blessés dans la région mais également aux alentours de Tokyo où la secousse a été fortement ressenti. Plusieurs répliques ont suivi, mais le séisme n'a pas provoqué de tsunami.

Mauvais souvenir

Le 11 mars 2011, un séisme de magnitude 9 accompagné d'un gigantesque raz-de-marée avaient fait 18 000 morts et disparus et gravement endommagé la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi.

Le séisme de samedi, d'une magnitude de 7,3, est considéré comme une lointaine réplique du séisme de 2011, selon l'Agence météorologique japonaise (JMA). L'épicentre était situé à une profondeur de 60 kilomètres dans l'océan Pacifique et à environ 60 kilomètres des côtes de Fukushima, selon la JMA.

Le principal dégât matériel visible pour le moment était un glissement de terrain ayant abîmé une autoroute dans la préfecture de Fukushima. Des images aériennes télévisées ont également montré un autre glissement de terrain sur un circuit de course dans un endroit reculé.

Risque de répliques

Le principal dégât matériel visible pour le moment était un glissement de terrain ayant abîmé une autoroute dans la préfecture de Fukushima. Des images aériennes télévisées ont également montré un autre glissement de terrain sur un circuit de course dans un endroit reculé.

Les liaisons de train à grande vitesse (Shinkansen) dans le nord du Japon étaient suspendues dimanche, le temps d'examiner l'état de leurs infrastructures.

Les autorités japonaises ont invité la population à « la plus grande prudence », prévenant que de nouvelles importantes répliques pourraient se produire dans les jours à venir, « en particulier les deux à trois jours à venir », a averti le porte-parole du gouvernement Katsunobu Kato. Sans compter la pluie attendue lundi qui va accroître les risques de glissement de terrain.

(avec AFP)