Jane Fonda revient sur les racines de son militantisme en France avec Simone Signoret

Vincent Gibert
·Journaliste au HuffPost
·2 min de lecture
Jane Fonda revient sur les racines de son militantisme en France avec Simone Signoret

TÉLÉVISION - À l’occasion de la sortie de son livre “Que faire?”, Jane Fonda était interviewée dans l’émission “C à vous” sur France 5 ce lundi 3 mai.

L’ouvrage a amené l’actrice américaine de 83 ans à notamment évoquer ses débuts dans le militantisme dans les années 60, encouragés par Simone Signoret en France.

“Simone Signoret, elle était tellement géniale parce qu’elle n’a jamais fait de prosélytisme. Elle a tout simplement exposé à d’autres moyens de pensées”, raconte Jane Fonda, qui livre ensuite une anecdote sur l’actrice française: “Quand j’ai vraiment compris que la guerre au Vietnam (qui s’est déroulée de 1955 à 1975, NDLR) n’était vraiment pas bien, c’était en 1968, (...) j’habitais en France, j’étais mariée à Roger Vadim, j’étais enceinte. Je suis allée voir Simone Signoret, j’ai toqué à sa porte à sa maison de campagne, elle a ouvert la porte, elle m’a regardée et elle a dit: ′je vous attendais’.”

“Nous avons passé beaucoup d’heures ensemble en buvant du vin, en mangeant du fromage. Elle m’a appris un peu d’histoire du Vietnam, pourquoi la France était engagée, pourquoi il y avait la guerre et pourquoi les Français ont perdu”, se souvient-elle. “Elle m’a aidée à comprendre ce qui se passait au Vietnam et pourquoi cette guerre n’avait pas lieu d’être. (...) Après cela, je suis revenue vivre aux États-Unis et je suis devenue militante. Mais les racines se trouvaient là, en France, avec Simone Signoret.”

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Une nuit en p...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.