Jane Birkin victime d’un AVC : quels risques potentiels ? Quelles séquelles l'actrice pourrait-elle avoir ?

·2 min de lecture
CANNES, FRANCE - JULY 08: Jane Birkin attends the "Jane Par Charlotte (Jane By Charlotte)" photocall during the 74th annual Cannes Film Festival on July 08, 2021 in Cannes, France. (Photo by Stephane Cardinale - Corbis/Corbis via Getty Images)

L’actrice Jane Birkin, âgée de 74 ans, a été victime d’un accident vasculaire cérébral il y a quelques jours, selon un communiqué transmis par son agent.

Jane Birkin ne se rendra pas comme prévu au festival de Deauville. À 74 ans, l’actrice "a subi une forme légère d'accident vasculaire cérébral il y a quelques jours", a communiqué son agent. Il ajoute que la mère de Charlotte Gainsbourg "se porte bien" et que ses proches souhaitent qu’on respecte "la tranquillité nécessaire à sa convalescence".

Les différentes formes de l'AVC

Un accident vasculaire cérébral ou AVC, aussi appelé "attaque cérébrale", est une perte soudaine d'une ou plusieurs fonctions du cerveau, détaille le site de l’Assurance maladie. Dans la majorité des cas, l’AVC est provoqué par un arrêt brutal de la circulation sanguine à l'intérieur du cerveau. On parle alors d'accident vasculaire cérébral ischémique. L'arrêt de la circulation du sang dans une artère ne permet plus un apport suffisant en oxygène et en éléments nutritifs et entraîne la mort des cellules cérébrales au niveau de la zone du cerveau touchée.

L’AVC peut aussi être dû à la rupture d’une artère cérébrale, provoquant un saignement dans le cerveau. On parle alors d’AVC hémorragique.

Vidéo. Dr Christian Recchia : "Quand quelqu’un fait un AVC devant vous, vous n’avez que quelques minutes pour le sauver. Voici ce qu’il faut faire"

Les risques et les séquelles potentiels

La gravité de l'accident vasculaire cérébral dépend de la localisation et de l'étendue des zones cérébrales touchées. L’accident ischémique transitoire qui régresse en quelques minutes ne laisse pas de séquelles, par exemple. Un AVC plus grave peut aller jusqu’à la mort.

Les séquelles les plus fréquentes et invalidantes sont l’hémiplégie (une paralysie n'affectant qu'un seul côté du corps) et l’aphasie (troubles du langage oral et écrit, affectant l’expression et la compréhension). La majorité des patients récupèrent leur capacité à marcher, mais le contrôle de la motricité du bras et de la main reste souvent altéré, note l’INSERM. Chez environ un tiers des patients, une aphasie sévère limitant la communication persiste. L’âge influe évidemment sur les capacités de récupération.

Chaque année, 150 000 personnes sont victimes d'un AVC, plus de 110 000 sont hospitalisées et 30 000 en décèdent, selon les chiffres du ministère de la Santé. Cette pathologie représente la première cause nationale de handicap de l’adulte et l’âge moyen de la survenue d’un AVC est de 74 ans.

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles