Jane Birkin : ses confidences sur les jeux glauques dans un cimetière de ses filles Kate et Charlotte

·1 min de lecture

Jane Birkin n'est jamais avare de petites confidences. Que ce soit au sujet de sa vie ou de celle de ses filles, la chanteuse et comédienne de 74 ans n'a pas de filtre. De retour avec un nouvel album, Oh ! Pardon tu dormais…, dans lequel elle évoque à deux reprises la mort de sa fille Kate Barry, l'Anglaise a fait de nouvelles confessions très surprenantes dans les colonnes de Paris Match. Celle qui a tant aimé Serge Gainsbourg a notamment évoqué l'une des chansons de son nouveau disque, Les jeux interdits. Un titre en référence à l'enfance de ses filles Kate Barry et Charlotte Gainsbourg.

Et ces dernières étaient bien loin de jouer à la poupée ou à d'autres jeux des petites filles de leur âge. "J’ai surtout essayé de leur donner un contraste avec la rue de Verneuil. Pendant deux mois d’été, elles avaient une liberté totale, comme moi je l’avais eue avec mon frère et ma sœur", a révélé Jane Birkin, avant de dévoiler l'activité très glauque à laquelle s'adonnaient les deux soeurs.

"Elles partaient du matin au soir et leur jeu était de tout enterrer au petit cimetière de Cresseveuille, même notre dîner ou notre rôti du dimanche, a-t-elle confié. Kate, qui avait un grand sens de l’équité, voulait que tout le monde soit traité à la même enseigne dans le cimetière. Donc, quand elle trouvait que M. X avait trop de marguerites en porcelaine sur sa tombe alors que Mme Y n’avait rien, elle dispersait un peu partout ces ornements."

Des petits jeux effectivement interdits qui ont même causé, (...)

Lire la suite sur le site de Voici

PHOTO René-Charles relooké : le fils de Céline Dion fait un retour fracassant sur Instagram
Valérie Benaïm menacée et insultée : un homme condamné
PHOTO Elodie Gossuin célèbre l'anniversaire de son titre de Miss Europe
"Arrêtez de mettre en scène la vie qui est la nôtre" : Karine Le Marchand prise à partie par une internaute
Obsèques de Claude Brasseur : ce célèbre comédien bouleversé pendant l'office