Jamy de "C’est pas sorcier" lance un nouveau concept de vidéos pour les curieux

Nawal Bonnefoy
·2 min de lecture
Jamy Gourmaud - Youtube
Jamy Gourmaud - Youtube

"Il va y en avoir pour tous les goûts", promet Jamy Gourmaud. L'ex-animateur de l'émission C'est pas sorcier a annoncé lundi soir le lancement du projet "Epicurieux". Un concept de vidéos éducatives, qui se déclinera sur Youtube (où il est déjà suivi par plus de 600.000 abonnés), Facebook, Instagram et, prochainement, TikTok.

Le journaliste, qui aime "raconter avec bonheur et rigueur le monde qui nous entoure", explique dans une vidéo d'introduction que "Epicurieux", en plus d'être le nom de sa "chaîne du savoir", était aussi celui d'une communauté de gens ayant soif d'apprendre. Et qui ne pensent pas que "la curiosité est un vilain défaut".

https://www.youtube.com/embed/hxcOu7oadJw?rel=0

"Les coulisses de notre vie quotidienne"

Au programme pour les internautes: des vidéos de vulgarisation, mais aussi "des échanges avec vous, et des nouveaux visages", a révélé Jamy Gourmaud. La science, l'histoire, la géographie et l'environnement feront partie des thème abordés. "Je vais vous faire découvrir des lieux, des métiers, et les coulisses de notre vie quotidienne", ajoute l'animateur. Ce dernier a même dévoilé quelques uns des sujets qui feront l'objet d'une vidéo: l'origine des expressions de la langue française, de nos aliments, ou encore de nos coutumes.

"Depuis quelques années déjà, l’appétit du public pour l’apprentissage et la connaissance augmentait. Mais le premier confinement a eu un effet d’accélérateur considérable", a expliqué au Figaro Michèle Benzeno, DG de Webedia, qui développe ce projet en collaboration avec Jamy. "Aujourd’hui, une information chasse l’autre, les “fake news” et les théories complotistes se multiplient. Les gens ont besoin d’une rupture, d’un éclairage sur le monde car ils ne le comprennent plus".

La marque "Epicurieux" devrait d'ailleurs se développer dans les années à venir. Selon nos confrères, la marque devrait même se décliner sous la forme "de podcasts", "de programmes audiovisuels à destination des diffuseurs et des plateformes" et, pourquoi pas, "de conférences, de jeux, de magazines".

Article original publié sur BFMTV.com