James Franco n'a pas convaincu ses accusatrices avec son mea-culpa

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·3 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Dans une récente interview, l'acteur de 43 ans a reconnu pour la première fois publiquement des relations avec des étudiantes de son école de théâtre.

HARCÈLEMENT SEXUEL - C’est un mea-culpa qui tombe à côté. Alors que James Franco a reconnu pour la première fois, ce mardi 21 décembre, avoir eu des rapports sexuels avec les étudiantes de son école de théâtre, deux des plaignantes qui l’accusent de harcèlement sexuel ont été peu convaincues par les propos de l’acteur.

Elles déplorent, dans un communiqué transmis par leurs avocats au magazine People ce jeudi 23 décembre, qu’en plus “d’être aveugle aux dynamiques de pouvoir, James Franco est complètement insensible à la douleur et à la souffrance immenses qu’il a fait subir à ses victimes avec sa soi-disant école d’art dramatique, et il ne semble toujours pas s’en soucier”.

Elles poursuivent: “Il est incroyable que, même après avoir accepté un règlement à l’amiable, il continue de minimiser les expériences des survivantes et d’ignorer leur douleur, tout en reconnaissant qu’il n’avait pas à créer une telle école en premier lieu.”

Dans une interview accordée à l’émission du producteur Jess Cagle pour SiriusXM, la star d’Hollywood précise qu’il a “bien couché avec des étudiantes, et c’était mal”. “Je pensais, à l’époque, que si c’était consentant des deux côtés, c’était OK, poursuit-il. À l’époque, je n’étais pas lucide.”

Un accord à 2,2 millions de dollars

En 2019, deux anciennes élèves de Studio 4 (l’école que James Franco a fondée en 2014 puis fermée en 2017), les actrices Sarah Tither-Kaplan et Toni Gaal avaient porté plainte contre le comédien pour intimidation et harcèlement sexuel. Toutes deux ont finalement accepté de renoncer à leurs poursuites en février 2021, après un accord financier, James Franco leur ayant versé 2,2 millions de dollars pour éviter un procès.

Dans leur plainte, les deux actrices affirmaient que l’acteur avait forcé ses étudiants à jouer des scènes de sexe particulièrement explicites devant les caméras dans une mise en scène s’apparentant à une “orgie”. Les étudiantes affirmaient qu’elles pensaient obtenir un rôle dans un film de James Franco si elles se pliaient aux envies de l’acteur.

Bien avant cela, une vague de dénonciation avait aussi envahi les réseaux sociaux au lendemain du sacre de l’acteur lors de la cérémonie des Golden Globes, en février 2018. Plusieurs femmes avaient dénoncé son comportement et l’avaient accusé de harcèlement sexuel dans le Los Angeles Times. L’acteur avait alors nié ces accusations en bloc.

“Personne ne doit oublier”

Le comédien, qui a depuis changé son fusil d’épaule, rappelle qu’il ne s’est jamais servi, volontairement, de son école de théâtre pour obtenir des faveurs de qui que ce soit. Parmi les cours qu’il y enseignait, l’un d’eux s’intitulait “Scènes de sexe 101”, un choix de nom qu’il reconnait, aujourd’hui, comme étant “stupide” car cela ne donnerait pas une bonne image des leçons.

Les deux anciennes étudiantes qui l’accusent sont plus critiques. “Ce n’était pas un malentendu sur un nom de cours, ce n’était pas le résultat d’une surcharge de travail - c’était, et c’est toujours, une conduite méprisable”, ajoutent-elles dans leur déclaration.

Elles martèlent: “Personne ne doit oublier, à cause de cette interview, le fait que Franco assume la responsabilité de ses actes ou exprime des remords pour ce qui s’est passé. Il s’agit d’une esquive transparente des véritables problèmes, publiée juste avant une fête importante dans l’espoir qu’il ne soit pas soumis à un examen minutieux de sa réponse.”

À voir également sur Le HuffPost: Harcelée dans la rue, elle développe différentes techniques pour faire fuir les hommes

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

VIDÉO - James Franco n'a pas l'intention de travailler avec son ancien ami, Seth Rogen, pour l'instant... :

LIRE AUSSI...

undefined

undefined

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles