James Bond, Paddington, "photobombing"… l’humour royal d’Elizabeth II

© Cathal McNaughton, AFP

Malgré la discrétion et la réserve indissociables de sa fonction, la reine Elizabeth II a laissé apparaître lors de son long règne un sens de l’humour très "british" à travers des traits d’esprit malicieux, mis en scène ou non, et des apparitions aussi inattendues que drôles. Florilège.

Le monde s'est associé au deuil des Britanniques après la mort, jeudi 8 septembre, d'Elizabeth II. Et dans la pluie d’hommages rendus à la reine, nombre d'entre eux font référence à son sens de l’humour. À l’instar de Joe Biden, Emmanuel Macron a ainsi évoqué "l’humour si délicieusement britannique" de la monarque qui a, à de nombreuses reprises, dévoilé une humeur espiègle et un redoutable sens de l’ironie.

"Êtes-vous censé avoir l'air de vous amuser ?", avait-elle spontanément lancé lors d'une photo officielle du G7, en 2021, provoquant l’hilarité des chefs d'État présents à ses côtés.

Sa Majesté et James Bond

Mais son coup d’éclat le plus mémorable restera assurément sa participation à une vidéo tournée pour la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques de Londres en 2012, et dans laquelle elle joue son propre rôle.

Entourée de ses corgis préférés, elle reçoit au palais de Buckingham James Bond, incarné par Daniel Craig en smoking, la tenue de travail préférée du célèbre espion britannique. "Bonsoir, Mr. Bond", lui dit-elle, avant que le couple ne se dirige vers un hélicoptère. Après avoir survolé la capitale anglaise, les deux personnages font mine de sauter avec des parachutes aux couleurs de l’Union Jack, sur le thème musical de 007, au-dessus du stade olympique.

Alors que le saut a évidemment été exécuté par un cascadeur professionnel, la reine apparaît ensuite vêtue de la même manière dans les gradins du stade, sous les applaudissements d’une foule ébahie.

Apparition surprise aux côtés de Paddington

À l’occasion des célébrations pour les 70 ans de son règne, en juin dernier, la reine avait réservé une nouvelle surprise à ses sujets en apparaissant aux côtés de l'ours Paddington, icône de la littérature enfantine britannique. Dans ce clip diffusé en préambule d'un concert organisé en l’honneur de son jubilé de platine, ils sont attablés, face à face, en train de boire le thé.

Alors que Paddington propose un sandwich à Elizabeth II – précisant "en garder toujours un en cas d'urgence" –, la reine le surprend : "Moi aussi. Je garde le mien ici", réplique-t-elle en sortant un sandwich de son sac à main.

Cette apparition est la dernière dans laquelle la reine joue de son image.

Une réponse royale au couple Obama

Entre ces deux apparitions qui ont fait les plus gros buzz, Elizabeth II avait donné la réplique au prince Harry, en 2016, dans un clip promotionnel des Invictus Games, événement sportif international créé par le petit-fils de la reine pour les soldats blessés.

La vidéo en question constitue une réponse au couple Obama, qui avait dégainé en premier un clip à l’attention du prince Harry. "Hé, prince Harry, tu te rappelles quand tu nous as dit de tout donner pour les Invictus Games ?", lance Michelle Obama. "Attention à ce qui peut t'arriver", ajoute, un brin provocateur, son mari, alors le Royaume-Uni était arrivé grand gagnant en 2014, lors de la première édition de ces jeux, avec un total de 111 médailles.

Harry apparaît aux côtés de sa grand-mère, qu’il a embauché pour l’occasion. Tandis qu’il feint de lui expliquer l’essence des Invictus Games, il est interrompu par la sonnerie de son téléphone portable, sur lequel s’affiche le mot "Flotus" – abréviation en anglais signifiant "première dame des États-Unis". Ce message contient la vidéo avec Barack Obama. À la fin, la reine hausse les épaules. "Oh, vraiment ? S’il vous plaît", déclare-t-elle d’un ton faussement dédaigneux.

"On dirait le président Trump"

En 2018, lors du tournage d'un documentaire sur l'environnement aux côtés du célèbre naturaliste et militant écologique britannique sir David Attenborough, Elizabeth II, en pleine discussion, a été interrompue par le bruit d'un hélicoptère passant au-dessus d'eux.

La monarque s’est empressée d’ironiser sur les escortes pléthoriques qui accompagnent souvent les présidents américains lors de leurs déplacements : "Pourquoi font-ils toujours le tour quand vous voulez parler ? On dirait le président Trump ou le président Obama."

Quand la reine piège deux touristes américains

La reine n’ironisait pas seulement sur les escortes présidentielles américaines. Il lui arrivait également de jouer des tours à de parfaits inconnus. Selon une anecdote rapportée en 2019 par Richard Griffin, ancien officier de la sécurité d’Elizabeth II, cette dernière s’est amusée avec deux touristes américains qui ne l’avaient pas reconnue alors qu’elle se promenait sur les terres de la résidence royale de Balmoral, en Écosse.

L’un des deux touristes engage la conversation avec la reine, à qui il demande si elle habite la région. Elizabeth II répond alors qu’elle vit à Londres mais qu’elle vient "depuis 80 ans" à Balmoral. "Vous avez dû rencontrer la reine ?", demande le touriste, amusé. Elizabeth II lui dit aussitôt que non, mais précise que son ami, Richard Griffin, lui, "la voit régulièrement".

Les touristes demandent ensuite à l’officier de la sécurité de se faire photographier avec lui, confiant leur appareil photo… à la reine. Les touristes prennent une photo avec la souveraine, sans se rendre compte de leur méprise.

À la suite de cette rencontre, Elizabeth II aurait confié à Richard Griffin qu’elle aurait aimé être une petite souris pour assister au moment où les deux visiteurs montreraient ces photos à leurs amis.

Le "photobombing" de Sa Majesté

La reine a également piégé Jayde Taylor et Brookie Peris, deux joueuses de l’équipe australienne de hockey, qui se prenaient en photo lors des Jeux du Commonwealth à Glasgow, en 2014.

Signant ce qui pourrait bien être le "photobombing" le plus marquant de l’Histoire, la reine apparaît à l’arrière-plan de leur selfie, un grand sourire aux lèvres. Découvrant la présence de la reine sur le cliché, Jade Taylor poste la photo qui finit, sans surprise, par faire le tour des réseaux sociaux.

"Je ne compte pas, moi"

Lors d’une réception à Sandringham House organisée pour les membres de la communauté locale et les groupes de bénévoles, un gâteau célébrant son jubilé de platine est présenté à Elizabeth II. Lady Philippa Dannatt, Lord-Lieutenant du Norfolk, lui explique alors que le gâteau a été placé sur la table dans le sens inverse afin que les photographes puissent avoir une vue directe sur le logo du jubilé.

La reine, priée de couper une part du gâteau devant les photographes, ne s’est pas offusquée. Bien au contraire, elle a profité de l’occasion pour lancer une boutade pleine d'autodérision : "Cela ne me dérange pas, je ne compte pas, moi."