Jambon : comment les industriels ont-ils dissimulé les dangers des nitrites sur la santé ?

© AFP

Dans un rapport, publié mardi et dont le "Journal du Dimanche" s’est procuré une synthèse, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (Anses) reconnaît enfin qu’il existerait un lien entre le risque de cancer du côlon et la consommation de nitrites. Le doute autour de la dangerosité des nitrites a été entretenu pendant des années et de différentes manières par les industriels.

Il y aurait un lien entre consommation de charcuterie contenant des nitrites et cancer colorectaux. C'est ce qu'un rapport de l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation devrait dévoiler officiellement mardi. Dimanche déjà, nos confrères du JDD avaient pu accéder à une synthèse de ce rapport en avant première. Selon cette note, les nitrites présents dans la charcuterie provoquerait des cancers.

Technique de la peur pour dissimuler les dangers des nitrites

Cela faisait des années que l'on avait un doute sur la dangerosité des nitrites. Un doute savamment entretenu de différentes manières. Selon Camille Dorioz de l'association Foodwatch, certains industriels utiliseraient la technique de la peur pour dissimuler les dangers des nitrites sur la santé.

>> Retrouvez tous les journaux de la rédaction d'Europe 1 en replay et en podcast ici

"En disant qu'on ne peut pas s'en passer et qu'on va écrouler financièrement une filière, qu'on va prendre des risques pour la santé des consommateurs. Et d'appuyer ça très fortement auprès des politiques, auprès des consommateurs", détaille-t-elle sur Europe 1. Ensuite, l'influence se jouerait auprès de certains politiques. Richard Ramos, député centriste dans le Loiret qui se bat pour l'interdiction des nitrites, dénonce le "pantouflage" : lorsqu'un haut fonctionnaire quitte son poste pour une entreprise privée.

Des données scientifiques douteuses

"C'est le cas d'un haut fonctionnaire au ministère de l'Agriculture. Il est au...

Lire la suite sur Europe1

VIDÉO - Carnet de Santé - Dr Christian Recchia : "C’est le premier cancer, tous sexes confondus, alors il faut y penser"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles