" Jamais le courant écologiste ne s’est autant égaré dans de multiples impasses "

·1 min de lecture

Simon Charbonneau, militant écologiste de longue date et spécialiste de droit en environnement, déplore la trajectoire de ses camarades.

Depuis que la " propagande verte " a envahi l’espace public, colonisant de différentes manières la politique, la culture et même l’économie alors que paradoxalement, le contexte écologique mondial continue à se dégrader à une vitesse incroyable par rapport aux mutations lentes des temps géologiques, jamais le courant écologiste ne s’est autant égaré dans de multiples impasses.Sans compter les nombreux signes de dévastation qui rendent déjà les conditions de vie difficiles pour les hommes comme pour tous les êtres vivants à travers le monde, dont en particulier celles relatives à l’eau potable, se manifeste de plus en plus l’emprise néfaste de la technologie sur l’existence humaine comme le montre très bien la publication récente de l’ouvrage de Neil Postman, Technopoly.L'homme reste un animalOr, cette emprise a un sens profond, à savoir la négation de l’identité naturelle de l’homme ! Faut-il rappeler que l’homme est un animal, même raté comme le prétend Pierre Jouventin ? Les anciens savaient par expérience néanmoins distinguer le corps de l’esprit, une distinction remise en question par la tendance moderne au syncrétisme ! De multiples auteurs comme Lafontaine ont écrit des pages inoubliables sur notre proximité avec les animaux qui nous éclairent encore aujourd’hui sur nos comportements tant alimentaires que sexuels.Comme...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Motion de défiance contre la direction de 20 Minutes : "On va droit dans le mur"

20 départements sous "surveillance renforcée", pas de mesures immédiates : les annonces de Castex

"Un pull à 20 euros, c’est ce que je mange en une semaine" : ce que coûte le Covid aux Français

Bientôt un scooter gonflable pour les moins de 80 kg

"Je ne supporte plus les écrans, je veux rencontrer les gens en vrai" : c'est quoi, avoir 20 ans, en 2020 ?