"J'aimerais mourir soit en tournant un film, soit en faisant un beau rêve dans mon lit", confie Sylvie Testud

© JENS KALAENE / dpa-Zentralbild / dpa Picture-Alliance via AFP

Sylvie Testud est l'invitée d'Europe 1 dimanche dans l'émission "Dis-moi ce que tu chantes". Au micro de Didier Barbelivien, l'actrice de 51 ans se confie sur le rapport qu'elle entretient avec la mort. Elle explique avoir déjà pensé plusieurs fois à la manière dont elle souhaiterait finir sa vie.

Sylvie Testud adore la chanson Mourir sur scène de Dalida. Invitée dimanche sur Europe 1 dans Dis-moi ce que tu chantes, l'actrice de 51 ans explique au micro de Didier Barbelivien qu'elle aime le "tragique" de ce morceau "soulevé par quelque chose d'ensoleillé". "Je trouve que c'est ça qui touche le plus", souligne Sylvie Testud.

"J'aimerais mourir tranquillement"

Questionnée par Didier Barbelivien sur son rapport à la mort, la comédienne, venue faire la promotion de Tout le monde savait, le seule-en-scène dans lequel elle reprend les mots de Valérie Bacot, femme victime de violences conjugales qui a fini par tuer son mari*, reconnaît avoir pensé plusieurs fois à sa fin de vie. "On entend que telle personne est morte comme ci, telle personne est morte comme cela. Puis on se pose la question, on se demande comment on voudrait mourir. Et, j'aimerais soit mourir en tournant un film, soit mourir dans mon lit, tranquillement, en train de faire un très beau rêve. Oui, rien de plus horrible que ça", déclare Sylvie Testud.

>> Retrouvez les émissions de Didier Barbelivien tous les dimanches de 15h à 16h sur Europe 1 ainsi qu’en podcast et en replay ici

"On entre dans une hypnose"

La comédienne se demande si elle aura, en mourant, la même sensation de lâcher-prise qui l'envahit quand elle est sur scène. "Quand on chante ou quand on joue, on entre dans une hypnose ou on entre dans un autre monde", explique-t-elle face à Didier Barbelivien. "On lâche l'affaire. Et si c'est ça (...)

Lire la suite sur Europe1

VIDÉO - Sylvie Testud : "Toutes les femmes ont échappé au moins une fois à un connard. Moi y compris"