"J'aime bien les signes du destin": Vojetta finit sa campagne devant un panneau "Valls" barré

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Stéphane Vojetta le 10 mai 2022 à Madrid  - Pierre-Philippe Marcou/AFP
Stéphane Vojetta le 10 mai 2022 à Madrid - Pierre-Philippe Marcou/AFP

Un petit clin d'œil pour se porter chance. Le député sortant Stéphane Vojetta qui affronte Manuel Valls dans la 5ème circonscription des Français de l'étranger s'est fendu d'une vidéo sur son compte Twitter, à deux jours de la fin de la campagne des législatives.

"Je ne suis pas superstitieux mais j’aime les signes du destin. J’ai trouvé qu’on était dans un bel endroit ici en Catalogne pour vous remercier et puis pour vous souhaiter un bon vote dimanche (les ressortissants de l'étranger votent au premier tour ce dimanche NDLR), explique le parlementaire qui se filme, tout sourire, devant un panneau barré de la ville de Valls, une commune à 20 kilomètres de Tarragone.

Vojetta exclu de la majorité

Ce message qui veut faire sourire ses potentiels électeurs rappelle également que Stéphane Vojetta a choisi de ne pas s'effacer face à Manuel Valls. À peine la nouvelle de l'investiture de l'ancien Premier ministre avait-elle fuité dans la presse début mai, que le parlementaire avait annoncé la couleur:

"Français de l’étranger enraciné, fidèle à mes engagements, j’ai toujours joué collectif. J’ai la ferme intention d’être candidat à ma propre succession et j’attends donc en confiance la décision d’investiture", expliquait cet ancien entrepreneur dès le lendemain sur son compte Twitter.

Pour tenter de le faire céder, la direction de Renaissance (ex-LaREM) a bien menacé de l'exclure, sans parvenir à le faire renoncer. Le député, qui avait lui-même succédé à la députée En marche élue en 2017 et depuis partie au Sénat, a finalement été rayé des listes du parti le 16 mai dernier, au grand dam de certains dans la majorité qui ne comprennent pas la décision d'investir Manuel Valls.

Le parcours sinueux de son adversaire

Après avoir siégé en tant qu'élu apparenté au groupe LaREM, l'ancien Premier ministre de François Hollande avait démissionné en 2018 pour tenter sa chance à la mairie de Barcelone, sans succès.

Depuis son retour en France à l'été 2021 et sa démission de son mandat de conseiller municipal barcelonais, Manuel Valls a multiplié les offres de service à Emmanuel Macron.

"J'aime gouverner", a-t-il lancé à plusieurs reprises sur BFMTV, assurant "pouvoir revenir" à Matignon.

Une bataille compliquée pour l'ancien Premier ministre

En guise de réponse, Stéphane Vojetta a souvent manié l'humour féroce sur les réseaux sociaux.

"Il y a 2 mois, j'étais un second couteau de notre vie politique. Le débarquement de qui-vous-savez a changé tout cela", s'est-il félicité sur son compte Twitter avant de partager plusieurs vidéos moqueuses de Manuel Valls.

La victoire de ce dernier semble cependant mal partie. En plus de devoir affronter une candidature dissidente, Manuel Valls doit croiser le fer contre Renaud Le Berre, le candidat de la Nupes. Lors des dernières élections consulaires en 2021, il avait recueilli 43% des voix contre 25% pour la liste étiquetée LaREM.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles