"J'ai sauté du 3e étage": son immeuble incendié dans les émeutes en Guadeloupe, un habitant témoigne

·2 min de lecture
Luidgy a vu son immeuble incendié par des manifestants à Pointe-à-Pitre, en Guadeloupe - BFMTV

L'immeuble de Luidgy, un habitant de Pointe-à-Pitre, en Guadeloupe, a été incendié par des manifestants. Sur notre antenne, le jeune homme explique comprendre la mobilisation mais pas ces violences.

Des routes barrées, des magasins pillés... Alors que les violences, qui ont pour origine la mobilisation anti-pass sanitaire, se sont poursuivies au début du week-end dans en Guadeloupe, Luidgy, un habitant de Pointe-à-Pitre a vu son immeuble incendié par des manifestants dans la nuit de jeudi à vendredi. Il a accepté de témoigner sur notre antenne, dans un entretien diffusé ce dimanche.

"J'étais dans mon immeuble lorsque j'ai entendu des bruits sourds. Je suis allé sur mon balcon car je voulais vérifier qu'il ne se passait rien de bizarre", raconte-t-il. "En arrivant j'ai vu un attroupement de jeunes. Ils dévalisaient une bijouterie en dessous. Ils ont fini par y mettre le feu."

Immédiatement, voyant les flammes atteindre son immeuble, le jeune homme appelle les pompiers. "Je les ai appelés trois fois en quinze minutes. Ils m'ont dit de rester chez moi et qu'ils allaient intervenir", poursuit-il.

"Finalement, j'ai dû sauter du troisième étage avec ma femme et mon chien. C'était la seule issue car les flammes avaient déjà atteint notre porte d'entrée."

"Des amis ont lancé une cagnotte pour m'aider donc j'espère que ça ira", continue-t-il, précisant être actuellement en attente d'un logement.

"Je comprends que les gens aient envie de se révolter"

Si Luidgy assure comprendre "que les jeunes aient envie de se révolter", il déplore les violences et émeutes qui ont touché l'archipel.

"Que des jeunes décident de piller des magasins, de les brûler, sans se soucier des conséquences pour les habitants autour, je trouve ça très grave", dénonce-t-il. "Cela aurait été quelqu'un de 60 ans à ma place, il ne serait plus là."

À l'issue d'une réunion de crise en fin de journée samedi à Paris, le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, a annoncé l'envoi dans l'île d'une cinquantaine de membres des forces d'élite du GIGN et du Raid.

Une mesure qui fait craindre au jeune un regain de tension dans les prochains jours. "Je ne pense que l'envoi des policiers va calmer la population", explique-t-il. "Les manifestants ne voient pas ça comme une façon de calmer les choses mais plutôt de continuer à faire ce qu'ils font..."

Selon le parquet de Pointe-à-Pitre, seize personnes ont été interpellées et cinq d'entre elles ont été placées en détention depuis le début des tensions, dont une pour "violence volontaire avec arme sur une personne dépositaire de l'autorité publique".

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Guadeloupe: nouvelle nuit de tensions malgré le couvre-feu

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles