"J'ai perdu mon calme" : Olivier Véran s'explique sur son coup de colère à l'Assemblée

·2 min de lecture

Olivier Véran a expliqué pourquoi il avait perdu son calme mardi au sein de l'Assemblée nationale lors de l'examen du projet de loi sur la prolongation de l'état d'urgence sanitaire.

«Comme on me l'a appris quand j'étais plus jeune, on n'a jamais raison de perdre son calme même s'il peut y avoir des raisons de le perdre». Deux jours après son coup de sang au sein de l'hémicycle de l'Assemblée nationale, Olivier Véran s'est expliqué jeudi lors de son point hebdomadaire sur la pandémie de covid-19 en France.

"Je me suis emporté, ça arrive"

A lire aussi :Olivier Véran remonte au front

Mardi, il a fait face aux députés pour leur rapporter ce qu'il avait vu dans un hôpital où il s'était rendu avec le Premier ministre, Jean Castex. «Il y avait beaucoup de bruit dans l'hémicycle, relate-t-il. Quand j'ai abordé la situation d'un jeune patient âgé de 28 ans en réanimation...on a le droit d'être marqué quand on sort d'une chambre de réanimation après (avoir vu) cela. Un député, pas très loin, s'est mis à crier "Il va nous faire pleurer"». Ce commentaire a fait sortir le ministre de la Santé de ses gonds. «J'ai perdu mon calme. Je me suis emporté ça, arrive», a-t-il ajouté.

A lire aussi :Inquiétante mutation au Danemark, la France bat un record en Europe… le point sur le coronavirus

Durant cet épisode qui s'est déroulé lors de l'examen du projet de loi sur la prolongation de l'état d'urgence sanitaire, le médecin neurologue avait lancé : «C'est ça la réalité, si vous ne voulez pas l'entendre, sortez d'ici». Jeudi, il a affirmé qu'il s'adressait au seul député qui avait ironisé sur son récit du jeune patient qui se trouvait dans un état grave à cause du virus, et non pas à l'assemblée dans sa globalité.


Lire la suite sur Paris Match