«J'ai du mal à nager tout seul» : un élève sur deux en classe de sixième ne sait pas nager

À l'entrée au collège, un élève sur deux, ne sait pas nager. Durant la période estivale, près d'un tiers des noyades accidentelles concernent des enfants. Pendant les vacances de la Toussaint, des stages gratuits sont proposés dans certaines piscines, comme celle de Bezons, en région parisienne.

Répétition de la séance

"Moi, j'ai du mal à nager tout seul". À neuf ans, Mathéo espère qu'après ses dix heures de cours, il pourra enfin s'éloigner des bords du bassin puisque l'école ne suffit pas. Lazrag Benelhadj, président de la ligue Île-de-France de Natation, estime le temps d'apprentissage de la natation à l'école insuffisant : "Ce sont des cycles de dix séances, deux fois sur quatre ans. On n'a aucune garantie que l'enfant sache nager", explique-t-il au micro d'Europe 1.

>> LIRE AUSSI - «30% des élèves ne savent pas nager» : les piscines fermées inquiètent les professeurs d'EPS

L'apprentissage passe donc principalement par des clubs. "C'est 90% de réussite parce qu'il y a une répétition de la séance. Les enfants viennent sur l'année une fois par semaine et souvent sur plusieurs saisons", détaille le président.

Sauver les copains de la noyade

Néanmoins, les clubs ont fermé pendant le coronavirus . De plus, ils sont souvent complets ou inaccessibles financièrement. Les piscines proposent des cours gratuits, mais ce n'est pas toujours suffisant. "Là, ils sont capables de regagner le bord tout seul. Maintenant, il faut passer à l'étape suivante apprendre à nager, se déplac...


Lire la suite sur Europe1