"J'ai imploré mes médecins" : son cancer récidive, Mylène Demongeot prend une décision radicale

Mylène Demongeot doit mener un nouveau combat difficile. Depuis quelques mois en effet, l'actrice de 87 ans se bat contre une rechute de son cancer du péritoine. La mauvaise nouvelle est tombée alors qu'elle rentrait d'un séjour au Sénégal au printemps dernier. "Mi-mai, je me suis rendue à la visite de contrôle que je dois faire deux fois par an, et là... patatras ! C'était reparti. J'y allais pourtant en toute confiance, avant qu'on ne m'annonce la récidive", s'est souvenue Mylène Demongeot dans les colonnes de France Dimanche. L'annonce est tombée comme un couperet pour la comédienne, qui pensait la maladie derrière elle. "C'est quand même une sacrée cochonnerie ce truc. Vous vous pensez guérie, et tout d'un coup, c'est reparti", a-t-elle ajouté.

Cet été donc, Mylène Demongeot a recommencé la chimiothérapie et a suivi "je ne sais combien de séances entre juin, juillet et août". "A bout de force", la comédienne a pris une grande décision et expérimente depuis un nouveau protocole. "J'étais tellement épuisée que j'ai imploré mes médecins de tout stopper. Certes vous essayez de me soigner, leur ai-je dit, mais en même temps vous me tuez ! Je n'en pouvais plus", se souvient-elle auprès de France Dimanche. Depuis des semaines donc, Mylène Demongeot a choisi de s'en "remettre à un grand professeur qui pratique l'immunothérapie et se révèle être un homme extrêmement réputé en la matière". Pour elle, finie la chimiothérapie.

Mylène Demongeot

(...)

Lire la suite sur Closermag.fr

Lou Pernaut, ce moment malaisant où Emmanuel Macron l'a conseillée pour un problème intime
Serge Lama sans filtre sur son état de santé, "C'est devenu insupportable aujourd'hui"
Christian Quesada ancien baby-sitter : ce nouveau témoignage écoeurant d'une adolescente de 13 ans
Laure Sansus et Pauline Bourdon : mariage en vue au sein de l'équipe de France de rugby
"Je suis bankable" : les propos édifiants de Christian Quesada qui mettent en lumière son égo surdimensionné