"J'ai gouté à cette violence et je l'ai détestée" : Nicolas Bedos prend une décision inattendue

·1 min de lecture

“Adieu à tous.” Après Meghan Markle et le prince Harry, c'est au tour de Nicolas Bedos de claquer définitivement la porte des réseaux sociaux. Ces derniers mois, le comédien et metteur en scène, toujours prêt à fustiger le gouvernement, a régulièrement défrayé la chronique. Les critiques, il les a toujours essuyées. Cette fois, c’en est trop. C’est sur son compte Instagram, ce samedi 30 janvier, qu’il a annoncé son départ. “Conscient des limites de l'expression directe et de la perversion médiatique qu'elle provoque, j'ai décidé de quitter les réseaux sociaux afin de me consacrer exclusivement à mon travail”, a-t-il écrit dans un long message, partagé sur un fond noir. Avant d’ajouter : “J’ai goûté à cette violence et je l’ai détestée.”

Cette décision intervient en effet après plusieurs tirades jugées maladroites, voire polémiques. Si certains ont compris les cris de colère de Nicolas Bedos, d'autres n'ont pas daigné se montrer compréhensifs. Dans cette même tribune, le dramaturge a alors ajouté : “Voilà plusieurs mois que, tout au chagrin de la mort de mes parents, les réseaux sociaux servent de jardin en friche à mes rancœurs personnelles et colères impulsive, m'offrant une tribune plus ou moins efficace face au fléau du politiquement correct.” Désormais, celui qui avait appelé à “vivre à en mourir” n’exprimera plus “le regard (qu’il pose) sur notre société, nos stupeurs et nos doutes” si ce n’est au travers de son travail.

Le 9 janvier dernier, comme nous vous le rapportions, (...)

Lire la suite sur le site de GALA

"J'en ai un peu marre" : Gad Elmaleh évoque son ras-le-bol
Rachida Dati virulente sur le "cynisme d'Anne Hidalgo" et sa "dérive dangereuse"
"Beaucoup de blabla, peu de résultats" : Xavier Bertrand en prend pour son grade
Carnet rose : Marion Rousse et Julian Alaphilippe attendent leur premier enfant
Meghan Markle snobe la famille royale ? Harry bientôt de retour à Londres mais sans elle