"J'ai fait des provisions pour la semaine, mais sans vraiment changer mes habitudes" : les Italiens tentent de garder la tête froide face au coronavirus

Vincent Matalon

A l'autre bout du fil, ce lundi 24 février, le ton de Wolfgang Natlacen alterne entre inquiétude et rires francs. "Je sais que ça peut sonner comme une blague en France, mais j'espère vraiment que les activités artistiques, culturelles et sportives vont bientôt reprendre. En Italie, sans foot, le moral est vraiment à zéro." Cet artiste plasticien, qui partage sa vie entre Paris et Milan, en sait quelque chose : son équipe amateur de l'AS Velasca, qui mêle football et performance artistique, a dû laisser ses crampons au vestiaire en raison de la propagation rapide du nouveau coronavirus dans le nord du pays.

>> Suivez l'évolution de l'épidémie de coronavirus dans notre direct

En quelques jours, plus de 280 personnes ont été contaminées et sept sont mortes, faisant de l'Italie le pays le plus touché en Europe et le troisième au monde après la Chine et la Corée du Sud. Interrogés par franceinfo, plusieurs habitants des régions de Lombardie et de Vénétie, où les premiers cas italiens sont apparus, tentent toutefois de garder la tête froide face aux nombreuses mesures de précaution prises pour empêcher la propagation de l'épidémie.

"Au cas où"

"J'ai senti que la situation devenait vraiment sérieuse hier [dimanche] : il y avait un grand soleil dans les rues de Milan, mais très peu de (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi