"J'ai démarré avant..." : Le faux départ de Marine Le Pen dès les premières secondes du débat face à Emmanuel Macron

·1 min de lecture

Mauvais timing. Mercredi soir, à 21h pile, TF1 et France 2 ont donné le coup d'envoi du débat de l'entre-deux-tours de l'élection présidentielle, modéré par Gilles Bouleau et Léa Salamé. Un rendez-vous qui a signé la pire performance historique d'audience pour ce format créé en 1974. Cinq ans après leur premier affrontement, Emmanuel Macron et Marine Le Pen ont joué un match retour au cours d'un débat très codifié, où l'ordre des prises de parole avait été tiré au sort. Et c'est à la candidate du Rassemblement national qu'est revenu l'honneur d'avoir le mot du début.

"Et nous commencerons pas la préoccupation numéro un des Français depuis des mois : le pouvoir d'achat", a annoncé Léa Salamé, avant de céder la parole à Marine Le Pen. Cette dernière a alors débuté son propos mais, au même moment, le réalisateur Didier Froehly a lancé un court générique dont la musique a couvert ce que disait la finaliste de l'élection présidentielle.

"Oserais-je vous interrompre ?"

Tandis qu'elle poursuivait, les deux journalistes ont mis quelques secondes à l'interrompre. Et c'est Gilles Bouleau qui s'est lancé. "Oserais-je, alors que le débat a déjà commencé, vous interrompre ? Juste pour vous rappeler que nous voulions avec Léa vous poser à l'un et à l'autre dans les mêmes termes, pour une durée d'une minute trente, la question suivante : en quoi seriez-vous une meilleure présidente que votre adversaire Emmanuel Macron ?".

Arborant un...

Lire la suite


À lire aussi

Disques : Louane s'incline face à Francis Cabrel, Raphaël dégringole, Maître Gims démarre fort
Glee : Les premières images de l'épisode hommage à Cory Monteith
Débat d'entre-deux tours : LCI dévoile les premières images du plateau

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles