"J'ai décidé de me mettre à la drogue" : Arthur pousse un gros coup de gueule sur l'affaire Sarah Halimi (VIDEO)

·1 min de lecture

Une décision de justice qui ne passe pas. Récemment, la Cour de cassation a confirmé l'irresponsabilité pénale du meurtrier de la sexagénaire juive Sarah Halimi, assassinée en 2017. Il n'y aura donc pas de procès, ce qui suscite l'indignation jusqu'au plus haut sommet de l'État. "Décider de prendre des stupéfiants et devenir alors 'comme fou' ne devrait pas à mes yeux supprimer votre responsabilité pénale", a estimé Emmanuel Macron dans une interview au Figaro. "Si vous commettez un crime odieux après avoir pris des stupéfiants, et qu'après on vous dit que parce que vous avez pris des stupéfiants, vous ne serez pas jugé, c'est totalement inacceptable pour les Français", a pour sa part estimé le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal. Alors que le président de la République veut changer la loi lorsqu'un délinquant ou un meurtrier prend de la drogue au moment de son crime, de nombreuses célébrités poussent dans ce sens.

Ce lundi 19 avril, Arthur a poussé un violent coup de gueule. Il a posté une vidéo sur son compte Instagram pour dénoncer cette décision de justice. "J'ai envie de vous parler d'un truc perso, j'ai décidé de me mettre à la drogue, de fumer des pétards. Parce qu'il semblerait qu'en France, quand tu es sous l'effet de la drogue, tu ne vas pas en prison, on ne te juge même pas", a-t-il tout d'abord déclaré, passablement agacé, avant d'ajouter : "Tu peux voler, braquer une banque, rouer de coups une vielle dame, tu peux lui casser le visage en mille morceaux et la (...)

Lire la suite sur le site de Télé-Loisirs

"Ils m'ont fait évoluer sur certains sujets" : Edouard Philippe révèle comment ses enfants l'ont influencé lorsqu'il était Premier ministre (VIDEO)
Héritage du Prince Philip : ce qu'il a laissé à sa petite-fille, Lady Louise
Comment la famille royale britannique s’organise pour ne pas laisser la reine Elisabeth II seule ?
Emmanuel Macron : dans une interview à la télévision américaine, il confirme une levée des restrictions en mai
Le prince Harry accueilli glacialement, avant un retour en grâce ?