"J'ai cru qu'on allait me tirer dessus", l'émotion de Tommie Smith en évoquant sa photo iconique de 1968

C'est un geste qui a marqué l'histoire des Jeux olympiques. Champion olympique sur le 200m à Mexico en 1968, Tommie Smith est resté dans les mémoires pour sa célébration réalisée sur le podium. L'Américain, tout comme son compatriote John Carlos (3e), avait brandi son poing, ganté de noir, pour réclamer l'égalité interraciale dans son pays et dans le monde.

"J'avais des choses à dire"

En marge ce mardi de l'exposition "Olympisme, une histoire du monde" au musée national de l'Histoire de l'immigration, Tommie Smith est revenu avec émotion, pour RMC, sur cet épisode. "Je vois la vérité. Je vois cet étudiant-athlète de 24 ans qui voulait faire du mieux qu'il peut sur le plan académique et dans le sport. J'avais des choses à dire", est revenu ce héros de 80 ans. "Je n'avais pas d'occasion pour les dire pendant les compétitions parce que personne ne nous posait de questions."

En marge de sa victoire, Tommie Smith avait par ailleurs battu le record du monde. Le podium était survenu au lendemain de la course. "Tout le monde s'est demandé la même chose: mais que fait-il? Et maintenant encore, on continue de poser des questions.: mais pourquoi a-t-il levé le poing? Et pourquoi John a levé la main gauche? Et moi la main droite... Toutes ces questions demandent des réponses et on va continuer à les poser. Et ça me va parce que j'ai toujours la réponse", a poursuivi Tommie Smith. "Peut-être avec des mots différents mais historiquement ils sont les mêmes."

"J'ai cru qu'on allait me tirer dessus"

Après leur geste, survenu dans une compétition qui se veut apolitique, Tommie Smith et John Carlos avaient été suspendus à l'initiative du comité olympique américain et du CIO puis exclus du village olympique. En 2019, les deux athlètes étaient intronisés au Hall of fame de ce même comité olympique américain. "Je suis très fier. Très fier d'être un être humain, que Dieu m'ait donné le talent de parler. Je crois en des termes censés, simples, que les gens peuvent comprendre", a encore évoqué Tommie Smith, revenant sur son geste. "Ne pas aller trop dans le détail et que personne ne sache de quoi je parle. Pour que tout le monde comprenne totalement."

En plus de ce poing levé, Tommie Smith et John Carlos étaient montés sur le podium avec des chaussettes noires, déposant leurs chaussures - des Puma - utilisées pour la compétition, comme pour montrer qu'elles étaient trop chères pour la population noire. "Cela pourrait encore me faire pleurer. Parce que c'est toute ma vie à ce moment-là", a conclu Tommie Smith. "Ce moment où je suis monté sur ce podium, où je me suis levé, je l'ai attendu toute ma vie. Quand ma main s'est levée, quand j'ai posé ma chaussure sur le podium, j'étais bien. Mais quand j'ai fait ce pas, j'ai cru que j'allais tomber parce que la marche était trop haute... Ou qu'on allait me tirer dessus."

Reconnu pour son geste, Tommie Smith n'a pas eu que des admirateurs, et ce notamment dans les jours qui ont suivi, lui qui a "reçu tellement de menaces de mort". "J'en ai eu avant de rentrer dans ma ville natale et dans bien d'autres aux Etats-Unis une fois que les gens savaient qui j'étais", a confié l'intéressé. "On m'en a fait de nombreuses fois."

Article original publié sur RMC Sport