"J'ai cru m'évanouir" : Alice Detollenaere, sa première réaction, horrifiée, à la découverte de son cancer

Toutes les étapes cruciales de sa guérison, Alice Detollenaere n'a jamais souhaité les conserver secrètes. Bien au contraire. Atteinte d'un cancer du sein, l'ancienne Miss Bourgogne 2010 s'est fait retirer un sein malade pour vaincre la maladie en février 2020. Elle a finalement eu recours à une ablation préventive, deux ans plus tard, pour être sûre de ne plus jamais craindre pour sa vie. "Je suis inquiète pour votre sein, à mon avis vous n'allez pas pouvoir le garder, lui avait annoncé une spécialiste. Mais ne vous en faites pas, aujourd'hui on fait de belles reconstructions."

Ma première pensée va vers celui que j'aime

Si elle parle très ouvertement de ses problèmes de santé, notamment pour aider toutes les femmes qui souffrent d'un cancer du sein, Alice Detollenaere a eu besoin d'un peu de temps pour digérer la nouvelle, à l'époque où elle est tombée. "J'ai cru m'évanouir en entendant les 10 secondes de cette phrase prononcée par une radiologue, rappelle-t-elle sur son compte Instagram. Je vais perdre ma féminité. Ma première pensée va vers celui que j'aime, est-ce qu'il voudra toujours de moi si je ne suis plus la même ? Puis je réalise que j'ai inévitablement perdu mon travail. Personne ne voudra d'une mannequin abîmée. En 10 secondes, j'ai eu le temps de tout perdre. C'est brutal, c'est cruel, c'est toutes les 6 heures en France qu'une femme encaisse le même...

Lire la suite


À lire aussi

Kheira Hamraoui revient pour la première fois sur son agression : 'J'ai bien cru que j'allais y rester...'
Jubilé d'Elizabeth II : Louis turbulent, première réaction de Kate Middleton et du prince William
"J'ai cru que j'allais prendre feu" : Alicia (Mariés au premier regard) frôle le drame, elle raconte

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles